Vaccins contre la grippe : pourquoi certaines pharmacies à Limoges sont en rupture de stock ?

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a commencé le mardi 13 octobre mais certaines pharmacies à Limoges n'ont déjà plus de vaccins. 

Photo d'illustration
Photo d'illustration © FTV
Depuis mercredi 14 octobre 2020 la pharmacie de la Bastide II, à Limoges, n'a plus de vaccins contre la grippe. "Nous sommes un peu coincés car les pharmacies aux alentours sont dans la même situation et nous ne seront réapprovisionnés que dans deux semaines". La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière vient pourtant à peine de commencer, elle a été lancée le 13 octobre.

Dans le centre ville, la situation est plus contrastée. La pharmacie centrale a du stock, d'autres en ont encore un peu, mais plus pour longtemps, les dernières n'en ont plus. Mais pas de quoi paniquer, selon l'ordre des phamarciens d'officine, nous n'en sommes pas au stade de la pénurie. "Les commandes des vaccins arrivent toujours en deux fois : une première livraison au tout début de la campagne de vaccination et une au milieu", assure Pierre Béguerie, président du conseil régional de l'ordre des pharmaciens de Nouvelle-Aquitaine et du conseil central de l'orde des pharmaciens. 

Un sondage lancé auprès des pharmaciens

Dans le contexte actuel de regain de l'épidémie de coronavirus, les autorités sanitaires appellent les personnes à risque à se faire vacciner massivement, c'est à dire les personnes de plus de 65 ans, celles souffrant de pathologies chroniques et celles en obésité morbide. L'objectif est d'éviter que ces personnes développent une forme grave de la grippe sans pouvoir trouver de place dans les hôpitaux, occupés à traiter les patients souffrant du coronavirus.

"Cette année les personnes à risque sont peut-être aller se faire vacciner plus tôt en masse, répondant à l'appel à des autorités", explique Pierre Béguerie. Les pharmacies commandent en général les vaccins contre la grippe au début de l'année. En 2020 elles ont donc été effectuées au tout début de l'épidémie de Covid-19, quand personne ne soupçonnait l'ampleur que cela prendrait en France.

"Est-ce que les commandes effectuées en janvier 2020 suffiront ? On ne sait pas", admet Pierre Béguerie. En attendant, le président de l'ordre des pharmaciens a donc lancé un sondage auprès professionels d'officine, pour faire l'état des lieux des stocks.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins santé société