Née à Bessines-sur-Gartempe, la peintre Suzanne Valadon fut une avant-gardiste

Dans le cadre de notre série sur les personnalités du Limousin, portrait de Suzanne Valadon. Au début du XXème siècle, elle fut l'une des rares femmes à vivre de sa peinture. Elle a cotoyé les plus grands peintres et s'est fait connaître comme modèle à Paris.
Oeuvres de Suzanne Valadon exposées au Musée des Beaux-Arts de Limoges.
Oeuvres de Suzanne Valadon exposées au Musée des Beaux-Arts de Limoges. © F3 - Margaux Blanloeil
Suzanne Valadon est née en 1865 à Bessines-sur-Gartempe, dans une auberge du XVIIème siècle où sa mère Madeleine travaillait en tant que lingère.
Sa maison natale, encore visible, ne se visite pas, mais la ville a dédié un musée à cette peintre renommée qui a vécu les cinq premières années de sa vie à Bessines.


Modèle, puis peintre


Mais c'est ensuite à Montmartre où sa mère part s'installer que Marie-Clémentine Valadon (son vrai nom) s'initie à l'art et à la peinture.
Elle est tout d'abord modèle à Pigalle, où elle accepte de poser nue. Elle côtoie les plus grands peintres : Renoir, Gauguin, Toulouse Lautrec.
C'est Degas qui, le premier, la soutiendra en tant que peintre.
 

Avant-gardiste


Si son art s'inspire des grands peintres qu'elle côtoie, Suzanne Valadon impose son propre style : un art décoratif, avec une large palette de couleurs vives.
Avant-gardiste, elle est la première femme à oser peindre des hommes nus, notamment son compagnon, André Utter.
Elle est aussi la première femme à entrer à la société nationale des Beaux-Arts, en 1894.

Son fils, Maurice Utrillo, se lancera à son tour dans la peinture, et connaîtra un succès encore plus important.
 
Portrait de Suzanne Valadon

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
peinture culture art histoire sorties et loisirs