Cet article date de plus de 8 ans

Fêtes de Bayonne : c'est fini !

Les fêtes de Bayonne célèbraient leurs 80 ans. Un anniversaire dans la tradition basque.
© France 3 Aquitaine
video title

video title

Magazine du Pays Basque : 80ème Fêtes de Bayonne

Mercredi 25 juillet, du haut de son balcon, les clefs de la ville sont officiellement remises au public. Plusieurs milliers de  personnes étaient amassées sous les fenêtres de la mairie. Au balcon une star, l''acteur Vincent Cassel .  Top départ pour 5 jours de fêtes dans la tradition basque.

 

Fêtes de Bayonne : c'est fini ! (2)

 


Pays-Basque : coup d'envoi des fêtes de Bayonne... par france3aquitaine

La commune basque passe de 50 000 habitants à 1 million de festayres. Une vague rouge et blanche déferle sur la ville. Aux fêtes de Bayonne, pas de souci de garde robe : tout le monde adopte la même tenue à la mode des danseurs du Labourd (ouest du Pays basque français) : vêtements blancs rehaussés d'une ceinture et d'un foulard rouges.

Ce sont des joueurs de l'Aviron Bayonnais qui ont ramené l'idée des fêtes de la San Firmin à Pampelune  au nord de l'Espagne. La première édition est lancée le 13 juillet 1932 sur le même modèle.

Chaque été, les fêtes seront reconduites. Elles ne marqueront qu'une pause, pendant la guerre de 1940 à 1945.

A partir de 1947, le maire confie les clés aux habitants de la ville. 3 clés pour 3 quartiers

Pour l'édition 2012, c'est l'acteur Vincent Cassel qui a jetté la clé du balcon.

Cette année, les fêtes ont donc 80 ans. Un anniversaire dans la continuité. Le verre recyclable testé l'an dernier ressort des placards.  2012 sera écolo et économe.

Des fêtes moins chères

Les fêtes coûtent 1 million d'euros au contribuable. Le lunetier Alain Afflelou devait donner 500 000 euros. Malgré son désistement de dernière minute, les fêtes seront belles.  La mairie l'a promis ! Thomas Jaussaud, adjoint délégué à la jeunesse, a voulu rassurer.

"Lorsque M. Afflelou a annoncé son retrait, nous avions déjà réalisé l'objectif
fixé par le maire Jean Grenet (radical/UMP) de réaliser une économie de 300.000
euros sur le coût résiduel des fêtes qui s'élève à 1,1 million d'euros."

Selon le président de la commission extra-municipale des fêtes, Henri Lauqué, cette économie a été possible "grâce à la participation active et financière des cafetiers et des associations aux manifestations, ainsi qu'à une réduction des dépenses de fonctionnement".  

La culture basque au coin de la rue

Bandas, gaïteros (joueurs de flûtes), jotas (danses traditionnelles espagnoles),
fanfares donnent le ton pendant cinq jours.
Plus d'une centaine d'animations, bals, concerts et spectacles gratuits sont organisés,
aux côtés d'animations plus traditionnelles comme les courses de vaches, le corso
lumineux ou la journée des enfants. 

 Deux écrans géants sont installés dans la ville. Les "festayres" pourront suivre
les moments forts.

Dans le respect et la convivialité

Ces écrans ont aussi pour vocation de réguler les mouvements de foule. La mairie mobilise 300 agents municipaux et 120 bénévoles chargés de l'accueil et la sécurité. Et pour limiter les débordements, un badge est en vent à 1 euro :

"Pour que la fête soit plus belle, j'y contribue"

Le porter, c'est partager  les valeurs des festayres : respect et convivialité.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
fêtes locales tradition