Information judiciaire sur les écoutes de Tarnac

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marie-France MANY

Un juge d'instruction va chercher à savoir s'il y a eu atteinte au secret des correspondances et à la vie privée

video title

Affaire Tarnac: retour sur la nuit du 7 au 8/11/08

Le juge d'instruction a accepté, sur demande de la défense, d'organiser une reconstitution sur les événements de la nuit du 7 au 8 novembre 2008: Julien Coupat et sa compagne Yldune Lévy ont fait l'objet d'une filature de police, au bord de la voie du TGV Est, où un acte de sabotage a été commis.

Selon le site du Monde, une information judiciaire a été ouverte par un juge d'instruction de Brive dans l'affaire des écoutes de l'épicerie gérée par le groupe de Tarnac soupçonné depuis novembre 2008 d'avoir saboté des lignes de la SNCF.

Cette affaitre d'écoute est antérieure aux sabotages. Elle remonte au mois d'avril 2008. Après divers tests et vérifications, le groupe constate qu'il est écouté. En février 2011  la société du Magasin Général de Tarnac a porté plainte avec constitution de partie civile. Pour son avocat "aucun fondement juridique ne pouvait justifier d'une telle écoute."

C'est en novembre 2008 que 9 personnes, dont les gérants de l'épicerie de Tarnac ont été interpellées et mises en examen. Julien Coupat, considéré comme le leader, a été maintenu en détention jusqu'en mai 2009.