Le bœuf de Chalosse célébré à Dax

Ce week-end à Dax se déroule la fête du bœuf de Chalosse - septembre 2019 / © France 3 Nouvelle-Aquitaine
Ce week-end à Dax se déroule la fête du bœuf de Chalosse - septembre 2019 / © France 3 Nouvelle-Aquitaine

Ce week-end à Dax s'est déroulée la fête du bœuf de Chalosse, l'un des poids lourds de l'agriculture landaise. Au programme, concours d'animaux gras et démonstrations bouchères.

Par Christina Chiron

Pour le commun des mortels, rien ne ressemble plus à une vache qu'une autre vache. Mais pas pour les jurés du concours de bovins "Bœuf de Chalosse". Ils scrutent, analysent et comparent chaque animal. Alors, qui va l'emporter ?

Il faut un bon arrondi de culotte, une vache fine, grasse au maximum et avec une largeur de dos irréprochable. A titre d'exemple, il faut pouvoir verser 1 litre d'eau sur le dos.
- Frédéric Bordassart, jury

Une filière de qualité

Le bœuf de Chalosse est protégé par un label rouge et une identification géographique protégée depuis 1996, qui regroupe 270 éleveurs. Le mode d'élevage est soumis à une charte.

Les bêtes passent 6 mois à l'herbe et sont engraissées avec les céréales de la ferme. La particularité de ce bœuf, c'est un temps d'engraissement très long, de 6 à 8 mois. Gustativement ça apporte énormément.
- Pierre Dufau, éleveur

A l'heure où la consommation de viande rouge est à la baisse, la filière enregistre pourtant des ventes en progression, notamment depuis le début de l'année. Manger moins de viande, mais de meilleure qualité, c'est le message que font passer les éleveurs. 

Issu des races à viande nobles, le bœuf de Chalosse se déguste de préférence après une maturation d'au moins 10 jours.

C'est une viande qui va se travailler un peu différemment. Elle va avoir une petite coloration mais gustativement, elle va exploser en bouche.
- Christophe Narp, professeur en boucherie au CFA de Mont-de-Marsan

Aujourd'hui, le bœuf de Chalosse est vendu partout en France auprès de 75 bouchers traditionnels partenaires.

Sur le même sujet

Fraude à la licence IV : les commerçants de Sarlat s'inquiètent

Les + Lus