Intempéries dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques : les habitants lassés par ces crues à répétition

Publié le
Écrit par C.O avec Olivier Lopez et Maria Laforcade
Les pompiers ont fait du porte à porte ce lundi 10 janvier à Peyrehorade pour prévenir les habitants de la crue à venir.
Les pompiers ont fait du porte à porte ce lundi 10 janvier à Peyrehorade pour prévenir les habitants de la crue à venir. © FTV

Finalement l’épisode météorologique a été moins violent que prévu. Pour autant, les cours d’eau ont débordé. Et la population a beau être habituée, elle commence "à en avoir marre".

Moins d’un mois après les dernières inondations, les habitants de Peyrehorade sont philosophes. A peine avaient-t-ils nettoyé leurs habitations que déjà il fallait recommencer à tout « monter à l’étage ». Les Landes et les Pyrénées-Atlantiques avaient en effet à nouveau été placées en vigilance rouge aux crues par Météo France.

A Peyrehorade, la préfecture indique que ce lundi soir la hauteur maximale du Bec du Gave se situera entre 5,10 et 5,40 m. Le pic de la crue devrait être observé entre 22h et minuit ce lundi 10 janvier, mais visiblement les Gaves Réunis ne devraient pas atteindre les mêmes hauteurs qu’en décembre. La barre des 5,50m ne devrait pas être franchie.

Il faut dire que la pluviométrie a été moins importante que prévue. La mairie avait conseillé aux habitants d’évacuer par précaution les logements pouvant être menacés par les eaux. Les pompiers ont fait du porte à porte toute la journée. Mais presque tous ont préféré rester chez eux. Habitués, ils savent comment gérer les épisodes météorologiques.  "Tout ce qui était en bas a été réhaussé", explique une habitante. "Et en haut on n'a pas de risque". Il faut dire que les Landais sont habitués. "2018, 2019, 2021, et en 2022 on attaque l'année de la même façon", constate une autre habitante. "C'est un peu démoralisant de temps en temps".

"C'est la répétition qui commence à être un peu énervante. Au départ c'était tous les 30 ans. C'est devenu tous les 3 ans. Et maintenant un mois après, on commence à en avoir marre".

Un habitant de Peyrehorade

Dans les Landes, huit routes ont bien été coupées du fait des inondations mais elles n'ont pas été endommagées. Les pompiers n’ont réalisé qu’une intervention aujourd’hui et aucune évacuation n’a eu lieu, indique la préfecture des Landes ce soir.

Dans les Pyrénées-Atlantiques même constat. Moins de pluie que prévu finalement aujourd’hui. C’est la raison pour laquelle en fin d’après-midi, les cours d'eau de la Nive et de la confluence Adour-Nive sont passés en Vigilance Jaune.

Habitants et élus sont rassurés, notamment Le maire d’Escos . «On est habité aux crues", dit-il résigné. "Ces dernières années ça s’est un peu intensifié. On a eu une très forte pluie en 2018. On en a eu une aussi forte en décembre 2021. Les prévisionnistes de Météo France avaient prévu une crue encore plus importante qu’en décembre dernier. Finalement ils ont un peu revu leurs prévisions à la baisse. La crue est moins importante. Je pense qu’il y a à peu près un mètre de moins que prévu. Donc l’impact est beaucoup moins important ».

Déjà à la mi-journée le préfet était rassurant. « La situation est maitrisée", annonçait-il. "Il y a une dizaine de routes coupées, et 700 personnes sont privées d’électricité. Mais il n’y a pas de victime, ni de blessé, ni de mort. La décrue est en cours du côté basque ». Au Pays basque, si les installations sportifs d'Ustaritz ont été largement inondées, les dégats sont moins en effet conséquents qu'en décembre dernier.

La plus grande vigilance reste de mise dans certaines zones où la crue est attendue dans la soirée et où la pluie pourrait à nouveau tomber la nuit prochaine. La préfecture demande aux habitants de ne pas réaliser de déplacements inutiles. Cet épisode météorologique devrait prendre fin mardi 11 janvier dans la journée.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.