Grippe aviaire : deux syndicats agricoles demandent l'arrêt des abattages préventifs dans les Landes et le Béarn

La Confédération Paysanne et le Modef, deux syndicats agricoles, dénoncent l'abattage préventifs de palmipèdes dans les Landes pour enrayer l'épizootie de grippe aviaire H5N8. Ils réclament que seuls les oiseaux affectés par le virus soient abattus. 

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © France 3 Aquitaine

Deux syndicats agricoles demandent jeudi aux autorités de "changer de méthode" pour endiguer la progression de la grippe aviaire dans les élevages, en renonçant notamment aux abattages d'animaux sains autour des foyers de contamination. 

Mardi 29 décembre, le ministère de l'Agriculture a pris un arrêté étendant le périmètre dans lequel un abattage préventif peut être ordonné dans une zone de trois kilomètres autour d'un foyer contaminé par l'influenza aviaire (communément appelée grippe aviaire). 

Cet arrêté concerne une centaine de communes dans la zone la plus touchée, essentiellement dans le sud des Landes, en Chalosse, mais aussi dans le Béarn (Pyrénées-Atlantiques).


Dans un communiqué commun, la Confédération paysanne et le Modef, respectivement troisième et quatrième organisations représentatives de la profession, réclament que "seuls les animaux affectés par le virus soient abattus (foyers) et que les abattages soient organisés sur site (l'élevage) car le transport des animaux positifs vers les abattoirs réquisitionnés est une véritable aberration sanitaire".

Abattre des animaux sains pour créer des barrières sanitaires qui ne tiennent que provisoirement représente un coût économique et financier faramineux. Cette gestion pèse également sur le moral des producteurs et productrices qui voient les crises s'enchaîner avec toujours le même scénario"

communiqué du Modef et de la Confédération paysanne

"Les contribuables n'ont pas à supporter la facture des erreurs d'une filière qui n'a tiré aucune leçon des deux précédentes épizooties", lors des hivers 2015/2016 et 2016/2017, ajoutent-ils.

La Confédération paysanne et le Modef demandent aussi de ne pas recourir à l'abattage systématique "quand les palmipèdes sont porteurs sains (animaux résistant à la maladie)". Ils estiment que l'exploitant devrait pouvoir décider de continuer à élever ses animaux "jusqu'en fin de cycle sur sa ferme avec mesures de biosécurité adéquates". 

"Si nos demandes de bon sens ne sont pas prises en considération, nos deux organisations se réservent la possibilité de passer à d'autres formes d'action, en résistance à ces abattages préventifs massifs d'animaux sains aussi inefficaces sanitairement qu'inacceptables moralement", concluent-ils.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe aviaire agriculture économie béarn