Cet article date de plus de 5 ans

Les français "n'ont aucune inquiétude à avoir" face à la grippe aviaire assure Le Foll

La grippe aviaire est "sous contrôle" et les Français n'ont "aucune inquiétude" à avoir sur ce virus qui ne se transmet pas à l'homme, a assuré, mardi, le ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll, alors que 53 foyers ont été identifiés au total dans le Sud-Ouest.
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture - Janvier 2015
Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture - Janvier 2015 © JACQUES DEMARTHON / AFP

"Les Français n'ont absolument pas à être inquiets et peuvent consommer ce qu'ils aiment et tout ce qui concerne les volailles", a souligné le ministre interrogé sur RMC/BFM TV.


"C'est un virus qui se transmet lorsque les volailles sont en liberté et qui ne se transmet pas du tout lorsqu'on en mange de la viande", a-t-il expliqué.

Stéphane Le Foll a rappelé qu'un rapport de l'Agence française de sécurité alimentaire et sanitaire a été rendu public mi-décembre "pour que les choses soient transparentes".

Dans son avis, l'Anses avait confirmé que la grippe aviaire n'était pas transmissible à l'homme après l'analyse de l'une des souches du virus H5N1, découverte dans la première exploitation touchée.

L'Anses continue son travail pour deux autres souches H5N2 et H5N9 trouvées dans certains élevages.

Depuis la confirmation d'un cas de grippe aviaire en Dordogne fin novembre, le premier en France depuis 2007, on dénombre 53 foyers du virus dans six départements.

19 foyers de ce virus hautement pathogène ont été repérés dans les Landes, 12 en Dordogne, 10 dans les Pyrénées-Atlantiques, 9 dans le Gers, 2 dans les Hautes-Pyrénées et 1 en Haute-Vienne.

"C'est sous contrôle des services sanitaires", a souligné Stéphane Le Foll, expliquant qu'une zone de protection a été étendue sur huit départements, avec des mesures de bio-sécurité pour éviter la diffusion de ce virus dit d'influenza aviaire.

Selon le protocole habituel, les canards ou volailles des élevages contaminés doivent faire l'objet d'un abattage, et les bâtiments être nettoyés et désinfectés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grippe aviaire agriculture économie consommation