Les poussières venues du Sahara provoquent un nouveau pic de pollution en Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques

Alerte à la pollution de l'air en Gironde, Landes et Pyrénées-Atlantiques. Principalement à cause de l'arrivée de poussières venues du Sahara, le niveau de particules en suspension dans l'air est trop important. 

Des capteurs installés sur le cours d'Albret à Bordeaux lors d'une campagne de mesures de l'ATMO. Photo d'illustration.
Des capteurs installés sur le cours d'Albret à Bordeaux lors d'une campagne de mesures de l'ATMO. Photo d'illustration. © Atmo Nouvelle-Aquitaine

La Gironde, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques sont en alerte à la pollution atmosphérique ce mercredi 3 mars, jusqu'au jeudi 4 mars inclus. 

Cette alerte concerne les particules PM10, c'est-à-dire dont la taille moyenne est inférieure à 10 micromètres. "Leur taille est suffisamment faible pour rentrer dans les poumons", indique l'ATMO, organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air dans la région. 

"Les plus grosses particules sont retenues par les voies aériennes supérieures. Les plus fines, à des concentrations relativement basses, peuvent, surtout chez l'enfant, irriter les voies respiratoires inférieures et altérer la fonction respiratoire dans son ensemble." précise l'ATMO sur son site internet, et indique aussi que "certaines particules ont des propriétés mutagènes et cancérigènes." 

Des poussières venues du Sahara 

Comment expliquer ce nouveau pic de pollution ? Comme lors de deux épisodes récents, il s'agit principalement des poussières venues du Sahara, selon l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air. 

Cette dégradation de la qualité de l’air est due principalement à l’apport de poussières désertiques amenées du Sahara par des vents de sud et provient également des activités humaines telles que le chauffage domestique, l’écobuage, le trafic routier ou encore l’agriculture.

ATMO Nouvelle-Aquitaine

Quelles recommandations sanitaires ? 

Dans les trois départements concernés, la procédure d'alerte a été enclenchée par la préfecture. 

"La pollution atmosphérique peut être à l’origine de la survenue de symptômes respiratoires (toux, essoufflement, majoration des crises d’asthme, etc.), d’irritations des yeux et de la gorge, mais peut aussi avoir des effets sur le système cardio-vasculaire" souligne la préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué. 

Pour les personnes vulnérables ou sensibles, il faut éviter les déplacements sur/aux abords des grands axes routiers, ainsi que les activités physiques et sportives intenses, en intérieur comme en extérieur. 

Pour la population générale, le préfet recommande de réduire les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) et en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations), de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin.

Réduction de la vitesse maximale autorisée

Pour limiter la pollution atmosphérique, plusieurs mesures ont été adoptées par la préfecture de Nouvelle-Aquitaine, notamment l'abaissement temporaire de 20km/h des vitesses maximales autorisées sur les voies : 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pollution environnement météo