Pic historique à Marmande : la Garonne a atteint la cote de 10m20, la lente décrue est amorcée

Un pic historique a été atteint cette nuit vers minuit avec une cote de 10m20 à Marmande. Le pont d’accès à la ville est coupé comme de nombreuses routes. Six écoles sont toujours fermées. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

C’est une crue plus importante que celle de 2019 qui se situait à l’époque à 9m19, et proche de celle de 1981 (10,56). Les Marmandais se souviendront de cette nuit quasi historique passée pour beaucoup les pieds dans l’eau.


Au total, ce sont au moins 90 personnes qui ont été évacuées par les pompiers de leur domicile, un chiffre qui ne tient pas compte de toutes celles qui s’étaient organisées par elles-mêmes. Au total, une vingtaine de communes entre Marmande et Port-Sainte-Marie avaient activé leur plan communal de sauvegarde pour pouvoir mettre des lieux à disposition pouvant recueillir les habitants.

"Ceux qui n'ont pas voulu être évacués", explique Joel Hocquelet le maire de Marmande, "notammant une centaine d'habitations dans la plaine de Coussan, on les a rassurés". "Sauf nécessité impérative on ne faisait pas d'évacuation comme ça la nuit car c'est assez périlleux". Mais on voit bien ce matin, que si l'étal doit se prolonger à un niveau très haut, on voit bien qu'il y a une lassitude de ces habitants et je pense que dans la journée on évacuera quelques personnes de plus". 

"Ce matin à 7h, la Garonne était à 10m05, donc elle a entamé sa décrue", détaille le maire de Marmande. "Certaines digues avaient commencé à s'abîmer un petit peu en amont et en aval de la ville. Et c'est tout le sujet car on sait qu'au dessus de 10 mètres la pression est très importante et que l'ouvrage est menacé. A priori il n'y a pas eu d'accident dans la nuit. Dès que le jour sera levé on fera le tour de ces digues mais à priori le système a tenu. Après il faudra voir à la décrue car c'est toujours un moment assez sérieux. Car c'est là qu'il peut y avoir des ruptures à cause des remous de la descente".

Ecoutez le maire de Marmande, il était l'invité du 12/13 en Aquitaine ce jeudi 4 février :

Marmande et ses alentours vivent une crue historique comme en témoignent ces images tournées ce mercredi 2 février vers 17 heures par ce pilote de drone Haytham Ali >

Ce jeudi, la décrue est amorcée mais de nombreuses difficultés persistent sur le terrain. Tout d’abord le pont qui permet d’accéder à Marmande est toujours fermé. "Avec les décrue, il va bientôt pouvoir être nettoyé quand la Garonne aura atteint 9m50 et alors il pourra être rouvert à la circulation ", explique Jean-Philippe Gargent directeur de cabinet à la prefceure du Lot-et-Garonne.

Cela signifie qu’actuellement on ne peut franchir la Garonne qu’à Agen. Tous les autres ponts du département ont été coupés.

De nombreuses routes ont elles aussi été coupées. La route reliant la Réole en Gironde à Marmande est fermée ce qui créé de réelles difficultés pour accéder à la ville. Les accès par le nord et l'ouest de la ville sont en revanche maintenus précise Jean-Philippe Gargent.

Ce jeudi, six écoles sont toujours fermées. Elles sont situées à Jusix, Senestis, Couthure, Monheurt, Saint-Laurent, et Gaujac.

Dans l’Est du département, la situation est clairement à une amélioration notamment dans le secteur d’Agen. De la même manière le tronçon Baïse, Gélise et Gers est sur la décrue et ne suscite plus d’inquiétude particulière ce jeudi. pour autant, le département du Lot-et-Garonne est toujours en vigilance rouge aux crues.

Un lent retour à la normale

le temps est à l'acalmie ce jeudi, il ne faut pas pour autant s'attendre à une amélioration rapide. Des précipitations sont en effet prévues pour cette fin de semaine. Par aileurs, "L’eau qui est tombée depuis des jours, voire des semaines, sur cette zone est en train de descendre des bassins versants", indiquait à FranceInfo Alix Roumagnac, président de la société Predict, filiale "risques" de Météo France. "On est sur une crue de volume c’est-à-dire, qu'il a plu un peu partout sur les Pyrénées, sur le Massif central. Donc, il y a énormément de volumes. On ne va pas être sur un pic très pointu. C'est plutôt un plateau, donc il faut s'attendre à ce que ces débordements et ces crues durent dans le temps". Il faudra donc attendre plusieurs jours avant que la situatio n erevienne à la normale dans ce secteur.

Voyez le reportage de Lisa Macineiras et Sébastien Hondelatte à Marmande la nuit dernière :