Perturbateurs endocriniens : la porcelaine de Limoges séduit des crèches de toute la France

Depuis la rentrée, Limoges a doté toutes les crèches de la ville de plateaux repas en porcelaine. Paris, Marseille et Bordeaux s’apprêtent à passer commande à la Fabrique, qui les produit en série en Haute-Vienne.

Le plateau en porcelaine limougeaud a été conçu par les lycées Mas Jambost de Limoges (Haute-Vienne) et Raymond-Loewy de La Souterraine (Creuse).
Le plateau en porcelaine limougeaud a été conçu par les lycées Mas Jambost de Limoges (Haute-Vienne) et Raymond-Loewy de La Souterraine (Creuse). © France 3 Limousin/A. Abalo
Signataire de la charte « Villes et territoires sans perturbateurs endocriniens » Limoges s’est engagée à remplacer toute la vaisselle en plastique par des contenants plus sains pour les enfants. Objectif : limiter les risques toxiques lié au plastique. Mis au contact de liquide chaud ou de gras, il libère des perturbateurs endocriniens.
 

500 plateaux à Limoges


Un projet qui s’est concrétisé en 2019 à la rentrée, avec le remplacement des traditionnels plateaux repas en matière plastique dans toutes les crèches de la ville par des plateaux en porcelaine. Une initiative qui en matière de santé publique, inspire à présent d’autres municipalités.
 

Saint-Junien et Condat en Haute-Vienne


En Haute-Vienne, Saint-Junien, en a déjà doté les deux structures de la petite enfance de la ville, la micro crèche et le multi-accueil. 150 plateaux ont ainsi été livrés à Saint-Junien. Près de Limoges, Condat a aussi adopté 200 exemplaires de ces plateaux en porcelaine. Une excellente nouvelle pour la manufacture La Fabrique qui a lancé la production en série de cet article inédit.

 

Paris, Marseille et Bordeaux 



Daniel Bétoule, son directeur le confirme, la demande est bien là :
 

On a déjà livré la commune d’Olivet près d’Orléans (45), qui en avait commandé 80 et aujourd’hui, les demandes arrivent de partout. La ville de Paris nous a demandé un devis pour 1600 plateaux, Marseille envisage d’en commander 600, Nantes 400. Bordeaux aussi, est intéressé. Nous avons été contacté par la municipalité de Clermont-Ferrand. Elle nous demande des échantillons. L’idée fait tache d’huile.

 

Forte demande des collectivités 
 

Une bonne idée qui dès le départ a séduit nombre d’élus. Nadine Rivet, adjointe au maire de Limoges en charge de la petite enfance, a constaté ce réel engouement l'an dernier. Voilà ce qu’elle déclarait en mars 2019 sur le site santé-environnement en Nouvelle-Aquitaine. Un site animé et coordonné par la région Nouvelle-Aquitaine et l’ARS notamment :

 

Nous sommes assaillis de demandes des collectivités, notamment depuis la parution d’un article dans la Gazette des communes, et depuis que nous sommes lauréats dans la catégorie « Prévention » du prix Territoria d’Or 2018, pour notre démarche de réduction des perturbateurs endocriniens en crèche ». Tant mieux, car un des bémols reste le coût ; un plateau coûte actuellement 12€. Plus les collectivités se montreront intéressées, plus les coûts seront diminués. 
 

Les dernières commandes et l’intérêt pour ce plateau made in Haute-Vienne émanant des plus grandes villes de France, Paris, Marseille ou Bordeaux, ne sont peut-être qu’un début. L’expérience limougeaude pourrait bien faire boule de neige.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société porcelaine de limoges culture patrimoine environnement