Non-respect des trajectoires : les vols d'entraînements militaires au-dessus du Haillan inquiètent les riverains

Des nombreuses nuisances sonores ont été recensées la semaine dernière, particulièrement au Haillan. En cause, des vols d'entraînements militaires qui devraient se prolonger jusqu’en février 2021. 

© MaxPPP / UPI / Eco Clément
Les habitants du Haillan n’en peuvent plus. Depuis une semaine, des rafales survolent la commune provoquant de nombreuses nuisances sonores.

Entraînements indiens et qataris

Ces vols sont en réalité des vols d'entraînement militaires pour des pilotes qataris et indiens, en formation avec l’armée de l’air française et Dassault Aviation. "On a été mis devant le fait accompli sur la décision de réaliser ces entraînements à Mérignac", rappelle la maire du Haillan, Andrea Kiss.

Si les vols commerciaux sont à l’arrêt depuis le début du confinement, les entraînements eux, n’ont pas cessé. À raison de cinq vols par jour, une semaine sur deux, plus de 800 vols vont être réalisés d’ici février 2021. 

Ce n’est pas possible pour nous d’attendre aussi longtemps.
Jean-Claude Godain, président de l’Association Eysino-Haillanaise de Défense Contre les Nuisances de l’Aéroport (AEHDCNA).

Pour cet ancien militaire, ces vols devraient être réalisés sur la base militaire de Mont-de-Marsan. "J’ai envoyé un mail aux autorités à ce sujet. On m’a répondu qu’ils n’étaient pas en capacité de le faire", rappelle Jean-Claude Godain.

La formation des pilotes est en effet du ressort de l’armée. Mais pour les contrats de vente de 36 aéronefs avec le Qatar et l’Inde, et compte tenu des troupes mobilisés sur des théâtres extérieurs, l’Etat a mandaté Dassault Aviation pour assurer l’entraînement des pilotes.


Non respect du “break”

Les rafales, fleuron de l’aviation française sont des avions très bruyants. Mais l’enjeu actuel réside principalement dans une technique d’atterrissage, le break, qui consiste en un virage. Son but initial : réduire les nuisances sonores.
La trajectoire du break, expliqué sur un flyers distribués aux riverains du Haillan.
La trajectoire du break, expliqué sur un flyers distribués aux riverains du Haillan. © Dassault Aviation
"Le problème, c’est que le tracé de ce break, qui devrait être fait au-dessus de l’aéroport n’est pas respecté", explique la maire du Haillan. De nombreux riverains se sont en effet plaints de vols au-dessus de leurs habitations, en plein coeur du Haillan, parfois à des hauteurs d’à peine 200 mètres.

"Depuis la semaine dernière, j’ai reçu des dizaines de messages de riverains excédés. Une maman me racontait qu’elle ne savait plus comment gérer la panique de ces enfants", regrette le président de l’AEHDCNA. 

La mairie du Haillan a contacté Dassault Aviation qui assure pourtant transmettre les plans aux pilotes. Elle attend désormais les vols de la semaine prochaine, pour évaluer le respect des trajectoires. 

"Il s’agirait d’un manque d’expérience des pilotes, précise Jean-Claude Godain, tout de même perplexe. C’est une technique utilisée par beaucoup de pilotes, mais ici, les dérives sont très importantes."
 

Création d'une plateforme

Pourtant, malgré ces alertes, aucun des vols de la semaine dernière n’a respecté les trajectoires. "Nous avons donc créé, avec Dassault Aviation une plateforme pour recenser les plaintes des riverains et expliquer la situation", explique la maire du Haillan.

La mairie a également diffusé cette plateforme sur les réseaux sociaux, dans un message expliquant aux riverains les sources de ces nuisances. Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’habitants du secteur se sont en effet inquiétés de ces survols, ne connaissant pas leur but.

"Sans compter les nuisances, les risques sont aussi plus importants à survoler le centre d’une ville. Il pourrait y avoir des accidents", souligne Jean-Claude Godain.

Pour les entraînements militaires à l’aéroport de Mérignac, les vols se font entre 8h30 et 18h, du lundi au vendredi. 





 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
aviation économie aéronautique dassault mérignac entreprises armée société sécurité
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter