Notre-Dame de Paris : Alain Rousset propose l'aide de la sylviculture néo-aquitaine pour reconstruire la charpente

Le terrible incendie qui a dévasté la cathédrale Notre-Dame de Paris la nuit dernière suscite de nombreuses réactions dans la région, parmi lesquelles celle d'Alain Rousset, qui propose que la région fournisse le bois nécessaire à la reconstruction de la charpente détruite, la fameuse "forêt". 
Photographie de l’intérieur de Notre-Dame de Paris, ce mardi 16 avril, après l'incendie qui a dévasté l'édifice.
Photographie de l’intérieur de Notre-Dame de Paris, ce mardi 16 avril, après l'incendie qui a dévasté l'édifice. © CHRISTOPHE PETIT TESSON / POOL / AFP
"Au delà des catholiques, c'est toute la nation française qui est horrifiée devant ces images de #notredamedeparis en flammes", réagissait lundi soir sur twitter le président de la région Nouvelle-Aquitaine.

Alain Rousset a aussi évoqué aussi la possibilité pour la région de fournir le bois nécessaire à la reconstruction : "en tant qu'important massif forestier, pourquoi pas s'organiser pour la reconstruction de la charpente, en fournissant du frêne, du chataigner..." 
 

De son côté, le vice-président Jean-Louis Nembrini indique que la région mobilisera le "savoir-faire des lycées professionnels et des centres de formation de Nouvelle-Aquitaine". 


"Il y aura besoin de bois de qualités très différentes", souligne Roland de Lary, directeur du centre régional de la propriété forestière d'Aquitaine.

"Tout le monde imagine les poutres de 15 mètres qui vont constituer l'ossature, [...] mais les trois-quarts du volume d'une charpente sont constitués de petits bois"
, rappelle-t-il. 

Charpente de Notre-Dame : "il y aura besoin de bois de qualités très différentes"



 

Une si précieuse "forêt" qui s'embrase 


Si la structure de la cathédrale a finalement pu être sauvée grâce à la mobilisation des sapeurs-pompiers de Paris qui ont lutté toute la nuit contre l'incendie, la charpente de Notre-Dame a été ravagée par les flammes.

Surnommée "la forêt", elle était constituée de poutres très anciennes, jusqu'à huit siècles pour les plus vieilles. 
   

Collectes et donateurs


Au lendemain du drame, la région Nouvelle-Aquitaine n'est pas la seule à proposer du bois pour la reconstruction de l'édifice. Le groupe Charlois, basé dans la Nièvre, a proposé d'offrir des chênes, et d'organiser la collecte d'abres de la meilleure qualité. 
 
Outre ces dons en nature, plusieurs grandes fortunes de France ont promis plusieurs centaines de millions d'euros. Et la Fondation du Patrimoine a lancé une collecte de fond, déjà disponible à cette adresse. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région nouvelle-aquitaine incendie faits divers agriculture économie notre-dame de paris culture patrimoine