Nouvelle-Aquitaine : 200 000 habitants dans les quartiers prioritaires

© Andre Abalo - France 3 Limousin
© Andre Abalo - France 3 Limousin

L'INSEE publie ce 26 février 2018 une étude sur les quartiers prioritaires en Nouvelle-Aquitaine. Il s'agit d'un état des lieux qui servira de base à l'évaluation de la Loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine de 2014.

Par Hélène Abalo

La Nouvelle-Aquitaine compte 81 quartiers prioritaires qui se trouvent intégrés à 26 unités urbaines.

Une répartition liée à la taille de la ville

Ce sont 200 000 personnes qui y vivent, soit 4 % de la population régionale. L'enquête de l'INSEE s'est intéressée au cadre de vie la cohésion sociale, le développement de l’activité économique et de l’emploi. Bordeaux compte 21 de ces QPV, Limoges 9, Angoulême 5 et Poitiers 4.

Des revenus inégaux

Selon l'INSEE, les individus qualifiés de "pauvres" sont ceux dont le revenu est inférieur à 11 850 euros / an.

Les revenus des habitants varient selon la ville à laquelle le QPV est adossé. Ainsi,  Bordeaux englobe cinq des six quartiers prioritaires de la région dont le revenu médian par unité de consommation est le plus élevé. À l’inverse, celle de Limoges abrite trois des quatre quartiers où il est le plus faible.

Ce revenu est également à mettre en perspective par rapport au revenu médian de l'unité urbaine : ainsi, les quartiers prioritaires de Bordeaux enregistrent le 4e revenu médian le plus élevé de Nouvelle-Aquitaine, mais l'écart avec les ménages les plus aisés est important : 13 600 euros vs 21 200 euros).

Le décrochage du revenu médian entre l’unité urbaine et ses QPV est plus faible dans des territoires de plus petite taille comme à Tonneins (3 300 euros), Coutras (3 700 euros), Villeneuve-sur- Lot (4 200 euros) ou Bergerac et Thouars (4 500 euros).


Des logements sociaux moins denses qu'au niveau national

En France, on compte 72 logements sociaux pour 1 000 habitants. En Nouvelle-Aquitaine, ce taux n'est que de 47 pour 1 000. Tous les quartiers prioritaires ne sont cependant pas logés à la même enseigne. 42 pour 1 000 dans le quartier Saint- Michel à Bordeaux à plus de 500 pour 1 000 habitants dans le quartier Port- Neuf à La Rochelle. 

En ce qui concerne la part de logements individuels, notons que 3 quartiers se distinguent :  Le Gond à Dax, Rive gauche et le Quartier Nord à Bergerac où la part de logements individuels parmi les logements sociaux dépasse les deux tiers. Enfin, à retenir que le parc social des QPV de la région est ancien : un logement sur deux a été construit avant 1970.

Un emploi fragile

Plus de 33 000 personnes étaient inscrits à Pôle emploi au 4e trimestre 2014.  Les quartiers des unités urbaines de Bordeaux, de Limoges et d’Angoulême concentrent au total la moitié de ces demandeurs d’emploi. "La Nouvelle-Aquitaine ne semble pas la région la plus en difficulté sur le plan de l’emploi, sa part d’emplois précaires importante est le signe d’une population vulnérable : elle varie entre 12,4 % (Le Sablard à Limoges) et 40,4 % (Montanou à Agen)."
 
Découvrez l'intégralité de l'étude sur le site de l'INSEE 


ou à télécharger



Limoges : Le quartier des Portes Ferrées entre doutes et espoirs
A Limoges, le quartier des Portes Ferrées est l'un des 9 quartiers prioritaires pour la politique de la ville depuis 2014. Etat des lieux de cette cité HLM avec les doutes et les espoirs de ses habitants. Intervenants : Christine Sartini, Animatrice centre social des Portes Ferrées (CITEL), Yvonne Nardou, Habitante des Portes Ferrées, Marie Chausse, Bénévole CITEL, Jean Daniel, Président centre social des Portes Ferrées (CITEL), Gérard Vandenbroucke, Président Limoges métropole. Reportage Thomas Milon, Nassuf Djailani, Jean-François Andrieux et Philippe Ruisseaux.

 

Gironde : la ferme à spiruline du Val de l'Eyre

Les + Lus