A Bayonne, premières réactions au dépaysement du procès en appel de Nicolas Bonnemaison

Nicolas Bonnemaison sera jugé en appel à Angers dans le Maine-et-Loire. La date n'a pas encore été précisée mais déjà cette distance fait polémique à Bayonne où se tient le comité de soutien de l'urgentiste.

L'ex-urgentiste de Bayonne Nicolas Bonnemaison à son arrivée au tribunal de Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 11 juin 2014.
L'ex-urgentiste de Bayonne Nicolas Bonnemaison à son arrivée au tribunal de Pau (Pyrénées-Atlantiques), le 11 juin 2014. © Nicolas Tucat / AFP
Le dépaysement du procès en appel à Angers de Nicolas Bonnemaison fait débat à Bayonne.

Les 350 kilomètres qui séparent la ville basque de la capitale du Maine-et-Loire ne seront pas un frein à la présence des soutiens de l'ex-médecin. Ceux-ci s'étaient déplacés en nombre lors du premier procès qui s'était tenu à Pau (Pyrénées-Atlantiques) en juin dernier.

Une présence qui pour les parties civiles avaient été délicate à vivre

Les parties civiles ont ressenti la pression du comité de soutien lors des débats du premier procès et cette décision a été accueillie de manière positive" Maître Bernard-Franck Macera, avocat d'une des parties civiles

 

Les amis de Nicolas Bonnemaison sont fermes. Ils seront bien présents lors du prochain procès, la mobilisation ne faiblira pas.

Six familles parmi les soutiens de l'ex-urgentiste ont écrit une lettre à François Hollande et Christiane Taubira leur demandant l'annulation de ce nouveau procès.

Les faits avec Delphine Vialanet
réactions au dépaysement procès Bonnemaison

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire bonnemaison pays basque justice