Bayonne. La restauratrice qui a refusé l'entrée à une femme voilée devant la justice

En mai 2022, une restauratrice d'Hendaye avait refusé l'accès à son restaurant à une femme portant un voile. Elle comparaissait ce mardi devant le tribunal correctionnel de Bayonne. Le parquet a requis 600 euros à son encontre.

Les faits remontent au 29 mai 2022. En ce jour de la fête des mères, Nabil Allaoui, originaire de Pau, invite sa mère au restaurant à Hendaye.


Mais le déjeuner ne se déroule pas comme prévu. La restauratrice leur refuse l'entrée, au motif que la mère de Nabil porte un voile. Ce dernier sort alors son téléphone, la filme, et poste la vidéo sur les réseaux sociaux. "Si vous avez le droit à ça, interroge Nabil en pointant du doigt l'imposante croix que la propriétaire porte autour du cou, pourquoi elle n'a pas le droit à ça ?" On entend alors la propriétaire du restaurant expliquer qu'elle refuse les clients "habillés comme dans la préhistoire".  

Une plainte est déposée au parquet de Pau. Âgée de 58 ans, la restauratrice a été placée en garde à vue et déférée devant le parquet de Bayonne. Poursuivie pour discrimination fondée sur la religion supposée, elle comparaissait ce mardi devant le tribunal correctionnel de Bayonne. 

"La surprise s'est transformée en cauchemar"

"Ce genre d'acte ne devrait pas avoir lieu dans notre pays, dénonce Nabil El Allaoui, rencontré par les équipes de France 3 Euskal Herri devant le tribunal. Il faut savoir faire la part des choses : c'était humiliant et méchant de discriminer ainsi publiquement une mère de famille le jour de la fête des mères".  
 "J'avais prévu une surprise pour ma mère une semaine avant, j'avais rappelé le restaurant deux jours avant pour confirmer. Je voulais lui faire une belle surprise, Finalement cette surprise s'est transformée en cauchemar".

On a vécu quelque chose qu'on ne voyait qu'à la télé et à laquelle on ne croyait pas nous même. Mais c'est bien réel.

Nabil El Allaoui, partie civile

à France 3 Euskal Herri

La restauratrice nie toute intention raciste

"Je n'ai pas fait de mal, se défend de son côté la restauratrice. Moi, j'ai juste envie de voir les visages. Je ne pouvais pas le voir, et c'est pour cela que je lui ai demandé de l'enlever. Elle l'a fait, et c'est son fils qui a dit qu'il fallait partir", poursuit-elle, se défendant de toute intention raciste ou islamophobe. 

Venez à mon restaurant avec qui vous voulez : des Noirs ou des Indiens, et vous verrez bien comment je suis.

Marie Mortalena, Gérante du restaurant

à France 3 Euskal Herri

Le parquet a requis 600 euros contre la restauratrice.  La décision a été mise en délibéré au 29 novembre.