S'entraîner à la pelote basque, malgré le confinement

Les joueurs de pelote confinés, trouvent des solutions, parfois insolites, pour continuer de s'entraîner, alors que tous les championnats et compétitions, sont suspendus en raison de la crise du Covid-19.

Baptiste Ducassou s'entraîne en mode confinement.
Baptiste Ducassou s'entraîne en mode confinement. © B. Ducassou

J'ai transformé le garage en trinquet ! 

Peio Larralde, joueur de pelote professionnel, multiple champion, s'est adapté comme il a pu, aux restrictions de sorties et d'exercice physique. "Il n'y a plus d'accès aux trinquets, ni aux frontons, plus de parties à disputer, mais il faut bien s'entraîner, alors je tape la pelote contre le mur de mon garage, à la maison".

"Il est difficile de se projeter"

Le pilotari est confiné chez lui à Hasparren. Pour se maintenir en forme, il profite de son environnement : "dans le périmètre autorisé d'un kilomètre, il y a des champs, la forêt, alors ça me permet de poursuivre ma préparation physique. Je continue la course, la musculation, le renforcement".

C'est sûr que je préférerais jouer, mais la priorité n'est pas là. On laisse passer le train. Au début du confinement la fédération de pelote avait reporté le championnat en juillet, mais maintenant il est difficile de se projeter.


Lilou Etcheverria, président de la fédération française de pelote basque, confirme : "cela me paraît improbable, actuellement, d'organiser les compétitions en juillet. Mais rien n'est sûr. Nous attendons les annonces gouvernementales qui pourraient accompagner le déconfinement à partir du 11 mai. Je réfléchis d'ores et déjà à un report en août, septembre, voire octobre".

Un retour compliqué vers la compétition 

Le championnat de France tête-à-tête élite pro s'est déjà joué, consacrant début mars, pour la quatrième fois, Baptiste Ducassou.
Mais le championnat de France, par équipe, n'a pas pu débuter (la finale aurait du se disputer le 26 avril). 
Et toutes les finales de printemps, des spécialités internationales ont également été suspendues. En tout, ce sont quarante joueurs de pelote, professionnels, qui sont à l'arrêt (24 à main nue, et 16 joueurs de cesta-punta).

Pour Lilou Etcheverria "ça va être long pour tous ces sportifs de se remettre en condition avant de recommencer les compétitions. Il leur faudra peut-être 15 jours à un mois d'entraînement pour retrouver leur forme".
Le président ajoute : "il faudra aussi penser aux tests de dépistage du Covid19. Pas question d'organiser des parties, sans vérifier que les joueurs soient en bonne santé".

Baptiste Ducassou s'entraîne à domicile

Le champion de France, tête-à-tête, main nue 2020, Baptiste Ducassou, est, lui, confiné dans sa maison d'Itxassou. Il s'entraîne en extérieur. "Mon préparateur sportif, Vincent Itoiz, prévoit des séances, à distance, sur deux semaines. Il me transfère un planning", explique-t-il.
"J'ai la chance d'avoir un grand jardin, où pratiquer des exercices haut et bas du corps, du gainage et surtout du fractionné sur 50m, ce qui est efficace pour le cardio".

Mais le problème majeur, bien sûr, c'est de ne pas "perdre les mains". Le mur à gauche est fermé, mais il y a un petit mur extérieur sur lequel taper la pelote. Le fronton aussi est interdit d'accès. Il est au coeur du village. Même si dans l'absolu je pourrais m'y entraîner seul, sans risques, je respecte totalement cette interdiction; c'est normal, c'est pour tout le monde pareil.


Baptiste Ducassou se fixe l'objectif de "ne pas être à la rue, quand ce sera la reprise du championnat". "Je me débrouille", confie-t-il. "Ce qui est difficile c'est de s'entraîner seul, et de se motiver". 
"Et puis, il y a l'alimentation. Avec deux jeunes enfants à la maison, c'est dur d'échapper à la tentation du goûter... alors qu'habituellement je mange très équilibré !".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pelote basque sport pays basque
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter