• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Pyrénées-Atlantiques : une ourse slovène relâchée par hélicoptère en vallée d'Aspe

L'hélicoptère parti ce matin de l'aérodrome d'Oloron est passé au-dessus des manifestants anti-ours pour lâcher l'ourses transportée dans la cage, direction la vallée d'Aspe. / © DERRICK CEYRAC / AFP
L'hélicoptère parti ce matin de l'aérodrome d'Oloron est passé au-dessus des manifestants anti-ours pour lâcher l'ourses transportée dans la cage, direction la vallée d'Aspe. / © DERRICK CEYRAC / AFP

Selon nos informations, une ourse slovène a été relâchée au dessus de Sarrance ce jeudi 4 octobre. Le ministère de la Transition écologique et solidaire a confirmé qu'une première réintroduction avait été menée. 

Par AR et CLH

D'après les témoignages que nous avons recueilli, un camion transportant l'ourse slovène est arrivé à l'aérodrome d'Herrère, à proximité d'Oloron, à 7 h 30. 

L'animal a été transféré dans un hélicoptère sous la protection d'une quinzaine de gendarmes et d'une vingtaine de civils, puis relâché au-dessus de Sarrance, en vallée d'Aspe. 

Un journaliste de IciPau a publié une photo de l'hélicoptère sous lequel la caisse de transport de l'ours est visible. 
 


L'hélicoptère est ensuite revenu à l'aérodrome, à 10 heures, l'opération était terminée. 

Une deuxième ourse doit être réintroduite en Béarn, a priori dans les jours à venir. 

D'après le ministère de la Transition écologique et solidaire, "une première ourse femelle en parfaite santé a été lâchée à 9 heures en Béarn ce matin. L'opération de réintroduction se poursuivra dans les prochains jours, avec pour unique priorité de garantir la sécurité des deux ourses femelles." 

Depuis plusieurs jours, et particulièrement la nuit dernière, les opposants à la réintroduction étaient mobilisés et bloquaient les routes d'accès aux vallées. 
 

Un lâcher sous protection


Après l'annonce (qui n'a toujours pas été confirmée officiellement), les manifestants qui bloquaient les routes ont libéré le passage ce matin. Ils pourraient monter dans les estives pour tenter d'effaroucher l'animal. 

D'après nos informations, un dispositif renforcé de protection a été déployé pour les premières heures qui suivent la réintroduction, afin d'assurer un minimum de quiétude à l'ourse. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus