Pays basque : des élus à l'Assemblée pour faire entendre la voix des prisonniers basques

© FTV
© FTV

Cinq parlementaires se sont rendus à l'Assemblée Nationale pour défendre la manifestation qui aura lieu samedi afin faire valoir les droits des prisonniers basques.

Par C.O

Ils veulent faire entendre leur voix et souhaitent que le gouvernement s'empare de la question. Cinq parlementaires des Pyrénées-Atlantiques se sont rendus à l'Assemblée Nationale à Paris où ils ont également tenu une conférence de presse.

Dans un communiqué ils expliquent que "cela a été l’occasion pour  Vincent Bru (député Modem des Pyrénées-Atlantiques ), Florence Lasserre-David (députée Modem des Pyrénées-Atlantiques ), Frédérique Espagnac (sénatrice PS des Pyrénées-Atlantiques ), Max Brisson (sénateur LR des Pyrénées-Atlantiques), Denise Saint-Pé (sénatrice des Pyrénées-Atlantiques ) d’expliquer les revendications adressées au gouvernement français, à savoir la fin du régime d’exception appliqué aux prisonnier.e.s basques ainsi que l'ensemble des soutiens obtenus autour de ce rassemblement et de ces revendications".

Leur objectif est clair, il est le même que pour les Artisans de la paix en général : faire appliquer le droit commun aux prisonniers Basques et faire en sorte qu'ils puissent bénéficier du "rapprochement" et qu'ils soient plus près de leurs familles.
Dans un communiqué les Artisans de la Paix et Bakebidea annoncent que " Christiane Taubira, Alain Lamassoure, François Bayrou ainsi que le Parti Socialiste national ont également exprimé leur soutien au processus de paix du Pays basque et à la grande mobilisation du samedi 9 décembre à Paris". Des personnalités comme Miossec ou encore Frédéric Begbeder auraient eux aussi fait part de leur soutient.

En effet une manifestation organisée samedi à Paris près de la gare Montparnasse à l'initiative justement des Artisans de la Paix pour la défense des droits des prisonniers basques. Au total 80 bus au départ du Pays basque seront affrétés (soit 4000 personnes), et 2000 places de trains sont également prévues.


Corrèze : les agriculteurs demandent une reconnaissance de calamité agricole

Les + Lus