Cet article date de plus de 7 ans

Meurtre d'Alexandre : les trois personnes placées en garde à vue ont été relâchées

La garde à vue de deux hommes et une femme faisant partie de l'entourage d'un des quatre suspects du meurtre d'Alexandre Junca, l'adolescent assassiné à Pau en 2011, a été levée mercredi sans poursuites, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.
Ces trois personnes, le frère, la belle-soeur et un voisin de Claude Ducos, un des mis en examen dans cette affaire, avaient été placés en garde à vue mardi.
" Ils ne font  pas l'objet d'une mise en examen ", a indiqué le procureur de la République de Pau, Jean-Christophe Muller.

Claude Ducos, un retraité de 75 ans qui aurait entretenu des relations avec le principal suspect Mickaël Baerhel, un marginal de 28 ans, est soupçonné de l'avoir aidé à se défaire du corps de l'adolescent.

Alexandre Junca, un collégien de 13 ans, avait disparu dans la soirée du 4 juin 2011, près de chez son père, dans le centre de Pau.
Son corps démembré avait été retrouvé en plusieurs étapes, d'abord un fémur en juin 2011, puis le reste du cadavre en octobre de la même année, sous une digue provisoire édifiée sur la rivière traversant la ville.


Des incertitudes subsistent notamment sur les auteurs exacts du découpage du corps.

Des traces laissées par deux personnes auraient été retrouvées sur le corps, avait précisé Jean-Christophe Muller en annonçant les gardes à vue.

Ces trois proches ont cherché à disculper M. Ducos, en déclarant que le retrait n'avait pas pu prendre part au découpage du corps car sinon ils s'en seraient aperçus, a rapporté M. Muller. Huit congélateurs appartenant à ces amateurs de chasse ont par ailleurs été saisis lundi lors de perquisitions. Ils ont été restitués à leurs propriétaires après avoir fait l'objet de prélèvements en cours d'analyse.

Quatre personnes sont mises en examen dans cette affaire pour " assassinat avec actes de torture et de barbarie ", et " séquestration en bande organisée d'un mineur de moins de quinze ans ": Outre Mickaël Baerhel et Claude Ducos, il s'agit de Fatima Ennajah, 48 ans, ex-compagne du principal suspect, et Mike Bonnet, un marginal de 30 ans.
Une cinquième personne est placée sous le statut de témoin assisté pour non-dénonciation de crime.

Une reconstitution du crime aura lieu dans la nuit du 16 au 17 juin.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire junca justice faits divers