• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Après la fusillade entre cambrioleurs et policiers à Pau, reconstitution grandeur nature aujourd'hui

La rue Ronsard est fermée toute la journée à la circulation à Pau pour la reconstitution de la fusillade du 29 novembre 2017 entre policiers et cambrioleurs / © E.Gonzales/F3Aquitaine
La rue Ronsard est fermée toute la journée à la circulation à Pau pour la reconstitution de la fusillade du 29 novembre 2017 entre policiers et cambrioleurs / © E.Gonzales/F3Aquitaine

La justice doit comprendre ce qu'il s'est réellement passé en cette matinée du mercredi 29 novembre à Pau. Des malfaiteurs avaient foncé sur une patrouille de police avec leur véhicule. Avaient-il des intentions criminelles? Cette reconstitution qui doit durer la journée devra aider à le déterminer.

Par CA

La Rue Ronsard, où s'est déroulée la scène, est fermée à toute circulation depuis 8 heures ce matin. Et elle le restera toute la journée.

Le 29 novembre 2017, trois malfaiteurs sont repérés par un voisin en train de cambrioler un pavillon. La police est alertée. Une patrouille envoyée sur les lieux.

Une fois arrivés rue Ronsard, tout près du lieu du cambriolage, les policiers tombent nez à nez avec les voleurs. L'un d'entre eux s'enfuit en courant et sera rapidement rattrapé.

Les deux autres décident de monter dans leur voiture. Ils foncent alors sur la patrouille blessant une fonctionnaire au passage. 
 

La police riposte en tirant


Se sentant en danger, les policiers ouvrent le feu mais les malfaiteurs parviennent à leur échapper.

Quelques jours plus tard, l'un d'entre eux, blessé à une jambe, sera interpellé alors qu'il se fait soigner au CHU de Toulouse.

Il faudra attendre le mois d'avril pour retrouver le dernier fuyard, poursuivi par un mandat d'arrêt européen. Il est arrêté en Croatie, où il s'était réfugié, chez des membres de sa famille.
 

Tentative de meurtre ?


Les trois hommes ont été mis en examen pour tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l'ordre public. 

La juge d'instruction en charge de l'affaire devra déterminer si oui ou non l'intention était réellement de porter atteinte à la vie des policiers, ou s'il s'agissait simplement, pour les cambrioleurs, de s'enfuir.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

le Préfet des Pyrénées-Atlantriques, Gilbert Payet

Les + Lus