Refus d'obtempérer : un policier grièvement blessé par le conducteur d'un scooter volé

Un policier a été blessé, ce lundi 15 avril alors qu’il tentait d’interpeler un conducteur de scooter volé, à Pau. Le policier est victime de multiples lésions, ainsi que d’une double fracture du pied.

La scène s’est déroulée dans le quartier de Saragosse à Pau, ce lundi 15 avril. Un policier, membre du groupe de sécurité de proximité (GSP) a été percuté alors qu’il tentait d’intercepter un scooter. Le conducteur était soupçonné d’avoir volé le véhicule. 

Refus d'obtempérer

Alors qu'ils patrouillaient, une équipe du GSP de Pau remarquent un individu sur un scooter suspect. "Il était non casqué et les fils du démarreur étaient apparents", indique la communication de police départementale. Des signes qui présagent généralement le vol du véhicule.

Les forces de l'ordre tentent alors de l'intercepter. "Ils se sont arrêté à sa hauteur en lui intimant l'ordre de s'arrêter", précise la police de Pau. Mais le conducteur refuse et prend la fuite.

Il n'ira pourtant pas beaucoup plus loin. Quelques minutes plus tard, le même groupement de sécurité retrouve l'individu toujours à bord du scooter volé. "

Ils ont alors tenté de nouveau de l'interpeler. Un collègue a été percuté à pleine vitesse par le scooter.

DDSP de Pau

Fracture et contusions

L'homme est projeté au sol. Son pied droit est fracturé. Il présente également des contusions au niveau du rachis cervical et à la cheville. Transporté aux urgences, il obtient une ITT de quinze jours.

De son côté, le conducteur récalcitrant a finalement été arrêté quelques mètres plus loin par les autres membres du groupe de sécurité de proximité. Placé en garde à vue, il a été mis en examen. Une enquête est ouverte pour notamment déterminer si le conducteur avait l'intention de blesser, voire de tuer le policier.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité