• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Josu Ternera fait l'objet d'un nouveau mandat d'arrêt européen

Josu Ternera lors d'une manifestation en août 2002. / © RAFA RIVAS / AFP
Josu Ternera lors d'une manifestation en août 2002. / © RAFA RIVAS / AFP

Un nouveau mandat d'arrêt européen a été notifié mercredi à l'ancien chef de l'aile politique de l'organisation séparatiste basque ETA Josu Ternera, arrêté mi-mai en France après plus de 16 ans de cavale.

Par AFP

Déjà visé par un mandat d'arrêt européen et deux demandes d'extradition de Madrid, le leader indépendantiste aurait été informé qu'un deuxième mandat d'arrêt avait été émis à son encontre pour des faits d'appartenance à une organisation terroriste en Espagne de mai à juillet 2000 et en mars 2001.
    
L'autre mandat d'arrêt concernait aussi des faits d'appartenance à une organisation terroriste, mais de 2004 à 2007.

Les demandes d'extradition concernent pour leur part son rôle présumé dans un attentat commis en 1987 contre une caserne de la garde civile à Saragosse, dans le nord de l'Espagne, qui avait fait 11 morts dont cinq enfants, et son implication présumée dans l'assassinat, en 1980, d'un cadre du groupe Michelin en Espagne.

Me Laure Heinich-Luijer a indiqué qu'elle allait désormais déposer une demande de mise en liberté de son client.
    

Josu Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, de son vrai nom, avait été arrêté le 16 mai, après plus de 16 ans de cavale, sur le parking d'un hôpital français où il se rendait pour être soigné.

    Aussitôt après avoir obtenu une remise en liberté dans les dossiers françaises - ses avocats ayant plaidé que son maintien en détention provisoire était "incompatible avec son état de santé" - il a de nouveau été placé en détention provisoire le 20 juin en vertu de demandes de remise de l'Espagne.


    Il a été, à partir de la fin des années 70, le chef de l'appareil politique de l'ETA. Il avait été arrêté une première fois en France en 1989, à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) puis condamné à 10 ans de prison et expulsé vers l'Espagne après sa remise en liberté en 1996.

    Elu en 1998 au Parlement autonome basque espagnol, Josu Ternera avait été désigné en 1999 comme l'un des trois négociateurs de l'ETA dans le processus de paix finalement avorté.

C'est lui qui, le 3 mai 2018, avait annoncé la dissolution de l'organisation.
   

Sur le même sujet

Le laboratoire d'analyse et de recherche de Dordogne dans les locaux provisoires

Les + Lus