Tempêtes : “cet enchaînement d'intempéries risque de se reproduire dans les prochaines années” selon Météo France

© Olivier Lopez
© Olivier Lopez

Léon, Karine ou Myriam, le Sud-ouest fait face depuis plus d'une semaine à une succession de tempêtes. Jeudi 5 mars, un nouvel épisode passait sur la région. Une situation que la France n'avait pas connu depuis 1980 et qui risque de se reproduire dans les prochaines années.

Par Julie Chapman

Même si les vents ont soufflé moins forts que les jours précédents, de nouvelles intempéries ont eu lieu ce mercredi 4 mars. Les départements des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et de la Girondesont encore ce vendredi 6 mars en vigilance jaune "vents violents" et "vague-submersion" jusqu'à 23 heures. 

Les trains TER, Intercités et TGV entre Bordeaux ◄►Hendaye, Dax, Tarbes et entre Bayonne ◄►Saint-Jean-Pied-de-Port et Bedous, ont été interrompus jusqu'à vendredi matin à cause des vents violents. Les voyageurs ont été prévenus hier par la SNCF. Aucun car de substition n'a été prévu.
 

Dérèglement climatique


Six tempêtes en sept jours, une situation inédite ? Plutôt rare. Cela fait depuis 1980 que les tempêtes n'avaient pas été aussi nombreuses, dans un laps de temps aussi court. Des séries ont pourtant été recensées ces dernières années. En 2018, trois tempêtes s'étaient succédé en janvier tout comme en 2017. Les dernières grosses séries remontent à 1998, avec 7 tempêtes en un mois et 1990 ave huit tempêtes en un mois. 

"Nous avons eu un hiver très particulier avec beaucoup de pluies et des températures très élevées par rapport à d'habitude. Nous somme d'ailleurs à des chiffres quasiment jamais égalés", reprend Bruno Mouchet, préivsionniste de Météo France. 

Ce phénomène s'explique notamment par l'anticyclone, courant chaud, des Açores qui englobe désormais aussi la France. "A ces courants chauds se confrontent les courants d'air froid, qui cette année sont directement venus d'Islande. La confrontation des deux provoque des perturbations et donc des tempêtes", explique Bruno Mouchet. 

Les tempêtes de cette année sont tout de même à relativiser, selon Météo France, il s'agit de tempêtes "modérées", car "les rafales de 100 km/h n'ont pas affecté plus de 8 % du territoire français", explique Météo France.
 

Et la situation pourrait bien se renouveler dans les prochaines années. "C'est une tendance qui se reproduit déjà depuis trois-quatre ans", rappelle le prévisionniste de Météo France. Pour le scientifique, "il y a un impact probable du dérèglement climatique pour expliquer ces tempêtes, notamment par rapport à ces hautes températures pendant ce mois de février". 


Vents et inondations


Dès 9 h, le vent a commencé à souffler dans les Landes et les Pyrénées-Atlantiques. Des rafales allant jusqu'à 110 km/h ont balayé le littoral, principalement en début d'après-midi. Dans les terres, les bourrasques n'ont pas excédé les 100 km/h. 

La pluie est tombée toute la journée. 
 

Les Landes ont des risques d'inondations aux abords de l'Adour et de la Midouze. "Nous craignons moins les risques d'inondation que les vents violents", détaille la préfecture. 

Une cellule de suivi a tout de même été activée. "Nous avons également prévu une certaine vigilance avec des renforts opérationnels", anticipe la préfecture. 

Les Landes ont cependant réussi à résoudre les différents problèmes liés aux intempéries des jours précédents. 
 
© Météo France
© Météo France
 

Résoudre les problèmes


La situation est plus difficile du côté des Pyrénées-Atlantiques. Mercredi à 20h, 1 400 foyers du Pays basque étaient encore sans électricité. Ils étaient encore 3 500 dans le Béarn. Ce jeudi 5 mars, à 14h, les Landes avait retrouvé l'intégralité de son réseau électrique. Il ne restait que 2 400 foyers sans électricité dans les Pyrénées-Atlantiques. Le chiffre était réduit à 900 foyers, vendredi 6 mars.

"Il reste également encore une intervention de sécurisation à mener du côté d'Orthez", détaille la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.
 
© Météo France
© Météo France

Le département se prépare lui aussi à un nouvel épisode venteux, avec des vents venant de Gascogne pouvant atteindre les 100 km/h. Comme pour les Landes, le littoral sera particulièrement soumis à ce nouvel épisode climatique. 

"Les services sont à pied d'œuvre. Les précédentes tempêtes ont touché 200 communes du département pour lesquelles nous gardons une vigilance accrue", assure la préfecture. 
 

 


 

 

Sur le même sujet

Les + Lus