• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Relocalisation sur le littoral : Les élus vont présenter leurs options au ministère de l'Ecologie

Après 2 ans et demi d’études avec les communes de Lacanau, La Teste-de-Buch et Labenne, le GIP Littoral Aquitain vient de transmettre ses conclusions sur la faisabilité de la relocalisation des activités et des biens au Ministère de l’Ecologie. Les élus seront reçus mardi au ministère.

Par CB

Les élus de la région réfléchissent depuis 3 ans à des solutions pour enfin anticiper les effets de l'érosion plutôt que d'en subir les conséquences. Ils seront reçus demain au ministère de l'environnement.

Parmi les solutions envisagées, la relocalisation de certains bâtiments. A Lacanau, c'est tout le front de mer qui est concerné. Une solution qui pourrait coûter cher car il faudrait déplacer 1200 logements et 40 commerces.

Regardez le reportage de Guillaume Decaix et Pascal Lecuyer.
(Interviennent dans ce sujet  Laurent Peyrondet, Maire de Lacanau; Renaud Lagrave, Vice-Président de la Région Aquitaine et Président du GIP Littoral).

Littoral aquitain : Des stratégie de lutte contre l'érosion

 

La Teste, Lacanau et Labenne font partie des 7 participants à cette étude de faisabilité d'une éventuelle relocalisation portée par le GIP littoral aquitain 
"Anticiper", c'est le maître mot de ces conclusions d'études du GIP. Il faut dire que ces derniers hivers, le littoral a été le théâtre vivant de l'avancée de la mer et du recul du territoire, notamment aquitain, menaçant les biens et activités qui s'y trouvent.

Anticiper et clarifier les responsabilités pour rendre possible la relocalisation et ne plus subir



Devant les enjeux, notamment économiques et touristiques, il s'est agit d'établir rapidement mais sereinement des scenari pour cet éventuel repli stratégique. Fort de ses informations et relais sur le terrain, le GIP littoral propose aux communes  concernées.

Un repli stratégique

"Le principe du repli stratégique (...) est simple : avant que des biens ou des activités ne soient détruits d’une façon parfois brutale par la mer et ne constituent une menace, ceux-ci sont enlevés préventivement de la zone à risque.
Une fois renaturée, la zone
(dune, NDLR) peut retrouver son fonctionnement naturel et ainsi permettre de redonner de la mobilité et un espace de liberté aux évolutions naturelles du trait de côte. Le repli stratégique n’intervient donc pas sur les mécanismes de l’érosion et ne modifie pas les taux d’évolution du trait de côte".

En savoir plus sur la relocalisation sur le site du GIP Littoral Aquitain.

 


A lire aussi

Sur le même sujet

La vie en autarcie en Haute Lande au 19e siècle

Les + Lus