Sénatoriales en Limousin : tout savoir sur cette élection à laquelle vous ne participerez pas

Ce dimanche 27 septembre, 2 256 « grands » électeurs du Limousin vont voter pour élire 6 sénateurs parmi 27 candidats. 
Quelques explications sur une élection complexe et méconnue des citoyens.

Le Palais du Luxembourg à Paris, siège du Sénat
Le Palais du Luxembourg à Paris, siège du Sénat © Vincent Isore/MaxPPP
Première information, très concrète : si vous n’êtes pas déjà sénateur, député, conseiller régional, conseiller départemental ou conseiller municipal, bref, si vous êtes un citoyen "lambda", vous n’aurez pas à vous déplacer dimanche pour élire les six sénateurs qui représenteront la Haute-Vienne, la Creuse et la Corrèze à la "haute-assemblée" pour les six ans à venir.

Autrement dit, ce sont toutes les personnes que vous avez déjà élues au suffrage universel direct qui vont élire à leur tour les sénateurs. Il s’agit donc d’une élection au suffrage universel indirect

C’est pourquoi les votants de ce scrutin sont appelés "grands électeurs". En France, ils seront 87 000 à voter ce dimanche dont 2 256 en Limousin. Contrairement à vous, ils seront obligés de le faire, sinon, ils devront acquitter une amende de 100 euros.

Un mode de scrutin complexe 


Le Sénat compte 348 sénateurs mais ils ne sont pas élus tous en même temps. La "haute-assemblée" est renouvelée par moitié tous les 3 ans.

Cette année, 172 sièges sont à pourvoir sur les 348 que compte le Sénat, dont les 6 du Limousin : 2 en Haute-Vienne, 2 en Creuse et 2 en Corrèze.

Comme nos départements sont peu peuplés et comptent moins de 3 sénateurs, ils seront élus au scrutin majoritaire : pour être élus au premier tour, ils devront obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50%). 
Si ce n'est pas le cas, un second tour sera organisé dans l'après-midi, où la majorité relative suffira pour l’emporter.


Carte interactive des élections sénatoriales du 27 septembre 2020 sur le site du Sénat
  

Elus pour 6 ans


Les sénateurs siègent pendant 6 ans au Palais du Luxembourg, dans le VIème arrondissement de Paris, l’un des plus beaux palais de la capitale construit au XVIIème siècle par Marie de Médicis et entouré par les splendides jardins du même nom.

Ils doivent être âgés d'au moins 24 ans.

Depuis 2017, les sénateurs ne peuvent plus cumuler leur mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale. Autrement dit ils ne peuvent pas être en même temps sénateurs et maires ou présidents d'une communauté de communes.

Si l’on en croit le site internet du Sénat, au 1er  janvier 2020, le montant brut mensuel de leur indemnité parlementaire s'élève à 7 239,91euros.

Comme les députés, qui eux siègent à l’Assemblée Nationale, le rôle des sénateurs est de voter la Loi.
Députés et sénateurs constituent donc le Parlement et représentent le pouvoir législatif.

Mais dans la constitution française de la Vème République, ces deux chambres parlementaires ne sont pas placées sur un pied d’égalité.

Un pouvoir différent de celui des députés


L'Assemblée Nationale, élue au suffrage universel direct, dispose de moyens plus étendus que le Sénat, qui est élu au suffrage universel indirect.

Ainsi, contrairement à l'Assemblée Nationale, le Sénat ne peut pas renverser le Gouvernement.

Autre exemple : pour être adoptés, les textes de loi doivent être votés dans les mêmes termes, à la virgule près, par les deux assemblées. Mais en cas de désaccord entre les deux chambres, c'est l'Assemblée Nationale qui a le dernier mot, à l'issue d'un processus d'échanges appelé "navette parlementaire ».

Garants de la stabilité et de la continuité de l'Etat


Selon l'article 24 de la Constitution, le Sénat assure "la représentation des collectivités territoriales de la République"

C’est pour cela que les sénateurs sont désignés par des "grands électeurs", essentiellement des élus locaux.

La "chambre haute" du Parlement symbolise également la stabilité et la continuité de l'Etat. 

Grâce à son mode de scrutin indirect, elle est moins sensible aux alternances politiques. Sa permanence est garantie par la Constitution : le Sénat, à la différence de l'Assemblée Nationale, ne peut pas être dissous par le Président de la République.

Par ailleurs, "en cas de vacance de celui-çi pour quelque cause que ce soit", ses fonctions sont exercées provisoirement par le président du Sénat, ce qui en fait le second personnage le plus important de l'Etat français.
 
Le Palais du Luxembourg, siège du Sénat, vu depuis les jardins du Luxembourg
Le Palais du Luxembourg, siège du Sénat, vu depuis les jardins du Luxembourg © Peter Schickert/Max PPP
 

En Limousin

Le dimanche 27 septembre, dans les 3 départements du Limousin, 2 256 grands électeurs vont élire 6 sénateurs parmi 27 candidats.
 

En Haute-Vienne

Sénateurs sortants : Marie-Françoise Pérol-Dumont (SOC) et Jean-Marc Gabouty (UDI).

993 grands électeurs pour 2 sièges à pourvoir.

10 candidats :

. Emile-Roger Lombertie (LR)
. Sylvie Tuyeras (COM)
. Georges Dargentolle (COM)
. Isabelle Briquet (SOC)
. Christian Redon-Sarrazy (SOC)
. Jean-Marie Bost (LR)
. Jean-Marc Gabouty (DVC)
. Albin Freychet (RN)
. Delphine Rochet (VEC)
. Laurent Jarry (VEC)
 

En Creuse

Sénateurs sortants : Jean-Jacques Lozach (SOC) et Eric Jeansannetas (SOC).

483 grands électeurs pour 2 sièges à pourvoir.

9 candidats :

. Patrice Morencais (DVD)
. Laurent Daulny (DVD)
. Eric Jeansannetas (SOC)
. Jean-Jacques Lozach (SOC)
. Vincent Turpinat (REM)
. Stéphane Briault (COM)
. Stéphane Maisonneuve (COM)
. Quentin Picquenot (VEC)
. Damien Demarigny (RN)
 

En Corrèze

Sénateurs sortants : Claude Nougein (UMP) et Daniel Chasseing (UMP).

780 grands électeurs pour 2 sièges à pourvoir.

8 candidats :

. Claude Nougein (UMP)
. Nathalie Delcouderc-Juillard (SOC)
. Stéphane Loth (DVD)
. Valéry Elophe (RN)
. Chloé Herzhaft (VEC)
. Florent Moussour (ECO)
. Daniel Chasseing (DVD)
. Martine Contie (COM)

 
Pour aller plus loin sur le site du Sénat
Pour aller plus loin le Sénat édite un guide des élections sénatoriales du 27 septembre 2020
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections sénatoriales politique élections