Cet article date de plus de 4 ans

Tarnos n’intégrera pas l’EPCI unique du Pays Basque

Fort de leur droit de veto, les élus bayonnais se sont opposés à l’intégration de la commune landaise au sein de l’EPCI Côte Basque-Adour.
© FTV
Au début du mois de mai, le projet d'EPCI Pays basque était validé. Il y a trois mois, le conseil communautaire s’étaient prononcés en faveur de l’intégration de Tarnos. A l’époque, le principe de l’adhésion avait été largement accepté avec 21 voix, contre un non et 11 refus de prendre part au vote. 

On pouvait donc s’attendre à ce que la commune landaise quitter la Communauté de communes du Seignanx pour rejoindre l'Agglomération Côte Basque-Adour. Cependant, le conseil municipal en a décidé autrement, hier soir. En effet, ce dernier a, en  grande majorité voté contre l’intégration  de Tarnos. Bayonne est la ville la plus peuplée de l’agglomération. A ce titre, sa décision fait office de droit de veto.

Le maire de Tarnos, Jean-Marc Lespade a beaucoup de mal à accepter cette décision.

« Tarnos est une ville importante au sein de ce bassin de vie, tous les experts et les observateurs le disent. »


L’édile justifie sa position, considérant qu’une part importante du port de Bayonne se situe sur la commune de Tarnos.

A l’inverse, les élus bayonnais pensent que l’EPCI n’a pas vocation à l’accueillir. Selon Jean-René Etchegaray, le maire de Bayonne, la procédure d’adhésion de Tarnos est dérogatoire au droit commun s’appuyant sur la loi NOTRe fondée sur les bassins.

Face à ce rejet, Tarnos envisage de rejoindre la Communauté de communes Maremne-Adour.

Voyez le reportage d'Alexandre Perrin et Fabien Cordier dans lequel est interviewé Jean-Marc Lespade le Maire de Tarnos : 
durée de la vidéo: 01 min 25
64B_ La Ville de Bayonne rejette l integration de Tarnos dans l'ACBA



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays basque politique