Vélodyssée : une jeune cycliste parcourt 1.200 km pour sensibiliser à la pollution de la côte Atlantique

Adèle Henin va parcourir 1.200 km à vélo le long de l’océan Atlantique le long de la Vélodyssée et ramasser les déchets qui jonchent son parcours. Elle doit démarrer son périple samedi 10 juillet.
Adèle Henin s'apprête à parcourir les 1.200 km de la vélodyssée pour sensibiliser les personnes à la pollution des océans
Adèle Henin s'apprête à parcourir les 1.200 km de la vélodyssée pour sensibiliser les personnes à la pollution des océans © Adèle Henin

Adèle Henin a décidé, cet été, de lier l’utile à l'agréable en s'engageant dans un trajet cycliste de 1.200 km le long de la côte Atlantique, en partant de Bretagne pour arriver en Nouvelle-Aquitaine. 

La jeune sportive ne va pas seulement pédaler pour admirer les paysages du bord de mer lors de son parcours à vélo.  Elle récoltera en même temps les déchets qui jalonnent son itinéraire.

Je suis fan de vélo, de plogging et d’aventure

Adèle Henin

 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @odysseezerodechet

Alors, cet été, ses vacances seront en adéquation avec ses passions et ses valeurs. Elle s’apprête à passer vingt-jours à pédaler et nettoyer les plages souillées par les autres.
Tour à tour, elle va poser ses pieds sur le sable des plages de Roscoff, Port-Navalo, Noirmoutier, La Rochelle, Royan, Biscarosse ou encore Biarritz jusqu'à Hendaye. Pas pour s'y baigner mais pour recueillir les détritus qui s'y accumulent.

Une jeune sportive

Avec ses parents, Adèle Henin a déjà l'habitude de partir randonner sur des véloroutes depuis qu’elle est toute petite, alors ce concept ne lui est pas vraiment inconnu. Mais cette fois-ci, le périple ne sera pas de tout repos car chaque jour elle devra enchaîner de nombreux tours de pédalier pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée.

Je veux faire environ 100 km de vélo par jour.

Adèle Henin

 

Si le chiffre peut surprendre, l’étudiante ne semble pas impressionnée par son programme. “J’adore la course à pied, la natation et le vélo” explique-elle. Une triathlète habituée à rouler environ deux fois par semaine, à raison de 30 km par sortie.

Les kilomètres seront quotidiennement un peu plus nombreux au compteur du vélo, ce qui ne semble pas l’effrayer le moins du monde.

Voici les différentes étapes de la vélodyssée d’Adèle Henin >

Du réel au virtuel

Pétillante et avec un moral à toute épreuve, Adèle Henin pourra par ailleurs compter sur sa famille et ses amis pour l’encourager tout au long de son périple à deux roues. “Ma maman va m’accompagner pendant deux jours" précise-t-elle.  Des haltes sont prévues dans le Golfe du Morbihan et en Vendée, où la jeune fille espère motiver les membres de sa famille pour l’accompagner sur les plages… pour les délester de leurs déchets. 

Bien ancrée dans son époque, la jeune nordiste racontera son périple via les réseaux sociaux, qui sont réceptifs à ce genre d’initiatives écoresponsables. Les encouragements des internautes seront d’ailleurs un autre atout majeur dans son aventure et elle compte bien interagir avec eux pour les sensibiliser à sa cause. 

Une odyssée zéro déchets

Elle s’est elle aussi engagée dans le respect de l’environnement, entre autres, par ce biais virtuel. Les internautes engagés sont l’une de ses sources d’inspiration. 

C’est le cas notamment avec Benjamin de Molliens qu’elle suit sur instagram (ben_expedition_zero) et son initiative “nettoie ton kilomètre”. 

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Benjamin de Molliens (@ben_expedition_zero)

D’autres collectifs engagés dans le plogging ont contribué à sa motivation.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Warwick Plogging Society (@warwickplogging)

Le lieu de son aventure n’a pas été difficile à trouver. “J’ai lu des articles sur l’océan et je me suis dit que c’était l’endroit pour ramasser les déchets”

Le plogging

L’occasion pour cette toute jeune sportive engagée de lier le sport au respect de l’environnement. 

Promouvoir le fait que l’on peut partir à l’aventure et protéger nos côtes.

Adèle Henin

C’est notamment le principe du plogging (ou éco jogging) qui est la combinaison du jogging et du ramassage des déchets.

Dans ce cas précis, il s’agit plutôt de lier le vélo au nettoyage mais le principe reste le même puisqu’il s’agit d’associer son activité sportive de marche, course à pied ou vélo avec le ramassage de détritus.

À l’origine de l’aventure

C'est un concept, importé de Suède, déjà bien connu par la jeune femme. Étudiante en Angleterre, cette Lilloise a créé là-bas, avec un camarade suédois, une association de “plogging”. “Dans ce pays, il y a beaucoup d’opportunités pour créer des associations” explique Adèle. "Autour de moi, les personnes ont tout de suite adhéré au concept et au-delà de ramasser, il y a la volonté de recycler” ajoute-elle.


Une expérience outre-manche positive qui la motive pour son odyssée zéro déchets et la promotion du tourisme durable.

Une citoyenne engagée

Concrètement, la jeune cycliste fera des pauses sur son parcours, pour nettoyer les plages du littoral. Elle sera, selon les étapes de son périple, accompagnée (ou pas) de bénévoles d’associations ou de mairies ou de simples citoyens avec lesquels elle a commencé à prendre des contacts et qui vont la rejoindre sur chacune des étapes. 

Si à certains arrêts, personne ne l’attend, elle invitera directement les vacanciers à la rejoindre dans le nettoyage des plages. Elle sait, pour l’avoir vécu, que les personnes qu’elle va solliciter sont souvent admiratives “avec mon association anglaise, j’ai 100 % du temps des réactions positives des citoyens de la ville qui sont plein de gratitude”.

Sur les plages françaises, la jeune nordiste ne craint pas non plus les réactions hostiles des gens “au pire, j’aurai des refus mais cela ne va pas m'arrêter" explique-elle.
Un moral d’acier car du haut de ses vingt ans, elle a décidé d’agir et non pas d’attendre que les choses bougent à sa place, considérant que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice en matière de sauvegarde de l’environnement.

Ce sont de petites graines que l’on plante sur le chemin.

Adèle Henin

La Vélodyssée c’est quoi ?

Entre Roscoff et Hendaye, cette véloroute longe l’Atlantique depuis la Bretagne jusqu’à la Côte basque en empruntant un tracé réservé au maximum aux cyclistes (70 % du trajet) et ce, sur plus de 1.200 km. La véloroute est un itinéraire cyclable de moyenne ou longue distance, continu et adapté à la circulation à vélo.

La vélodyssée à vélo, 1.200 km de Roscoff à Hendaye.

Site vélodyssée

 

Il s’agit de la portion française de Atlantic Coast Route - EuroVelo 1 et c’est la plus longue véloroute française. Le circuit est entièrement balisé de bout en bout.  Le site internet de vélodyssée permet de personnaliser son parcours (durée, difficulté et thématique) et d’obtenir, outre les cartes, une multitude d’informations sur les villes traversées. 

Adèle a choisi de parcourir la totalité du parcours. Même si tout n’est pas planifié à 100 %, elle sait qu’elle pourra compter sur la solidarité autour d’elle. “le soir, soit je dors dans des gîtes, dans la famille ou chez des amis”

C’est une épopée physique mais aussi une véritable aventure humaine en perspective autour du respect de l’environnement pour Adèle qui a la ferme intention de rencontrer le plus de monde possible.

Je vais rencontrer de petites initiatives locales

Adèle Henin

 

Vous pourrez suivre et contacter la jeune ploggeuse via son compte instagram.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par @odysseezerodechet

Si le point final de l’odyssée zéro déchets d’Adèle Henin s’achève le 29 juillet par l’étape Biarritz-Hendaye, d’autres nouvelles aventures écoresponsables vont probablement jalonner le parcours de cette jeune fille aux valeurs déjà bien affirmées.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
tourisme environnement pays basque nature parcs et régions naturelles sport vélo économie transports cyclisme