A Châtellerault et Poitiers, les collectes et les ventes d'Emmaüs vont reprendre le 12 mai

Si la date du déconfinement est confirmée par le gouvernement, les communautés Emmaüs de Poitiers et de Châtellerault vont pouvoir rouvrir le 12 mai prochain et reprendre les ventes. Un bol d'air très attendu car les finances de l'association ont été mises à mal par le confinement.

Emmaüs va reprendre les collectes et les ventes à partir du 12 mai 2020, à la fin du confinement.
Emmaüs va reprendre les collectes et les ventes à partir du 12 mai 2020, à la fin du confinement. © Sébastien Desarmaux / MaxPPP
Les structures d'Emmaüs sont toutes à l'arrêt depuis le confinement. Aucune collecte, aucune vente, les communautés de Châtellerault et de Poitiers ont été contraintes de vivre en puisant dans leurs ressources mais aujourd'hui la situation est critique. Au niveau national, l'association d'entraide fondée par l'Abbé Pierre a lancé, dès le mois d'avril, un cri d'alarme en faisant un appel aux dons pour la première fois depuis sa création en 1949.

 "Nous avons besoin de gagner de l'argent"

Au regard de leur statut (ils ne sont pas salariés), aucun compagnon n'a pu touché le chômage partiel et les ressources des différentes communautés proviennent du travail des compagnons et des ventes réalisées dans les différents sites. A Châtellerault, la reprise de la vente des objets donnés par les particuliers est une question de survie. 

C'est très important de reprendre la vente. Nous avons besoin de gagner de l'argent rapidement.
- Bruno Pajot, responsable Emmaüs Châtellerault

Bruno Pajot estime que fin mai, il va rester 30.000 euros dans les caisses de l'Emmaüs de Châtellerault. "Ce n'est pas assez pour régler les factures et les charges de juin" constate-t-il avec désarroi.
En plus de l'accueil des compagnons répartis sur trois sites, l'association châtelleraudaise prend en charge 35 logements dans lesquels sont hébergées des familles qu'elle aide. Pendant les semaines de confinement, Bruno Pajot a multiplié les demandes pour obtenir des fonds, des aides, un prêt ou des report de charges auprès d'Emmaüs France, de la banque ou des collectivités locales mais, pour lui, pouvoir recommencer la vente des meubles, des objets et des vêtements récoltés auprès des particuliers est essentiel.

L'espoir de pouvoir organiser la braderie à Poitiers

A Poitiers, Laurent Guinebretière, le responsable du site, partage le même sentiment d'urgence même si la structure poitevine, aux finances plus solides, se trouve dans une position moins délicate.

Nous remercions tous ceux qui ont répondu à l'appel aux dons et qui nous ont aidé économiquement et moralement mais le manque à gagner des semaines de confinement se chiffre à 340.000 euros environ, c'est plusieurs années d'économies. Nous ne sommes pas aux abois à condition que l'on puisse faire la braderie prévue en septembre. Une braderie pour nous, c'est 180.000 euros de chiffre d'affaires.
- Laurent Guinebretière, Emmaüs Poitiers

Cette braderie est toujours prévue du 24 au 27 septembre au Parc des Expositions mais l'avenir est incertain tout comme les conditions dans lesquelles elle pourra avoir lieu. L'année dernière, elle avait attiré 20.000 personnes sur plusieurs jours. Après l'annulation de celle du printemps, ce serait un nouveau coup dur pour la communauté poitevine si elle ne peut pas se tenir.

"Des masques pour tout le monde"

Que ce soit pour la collecte ou pour la vente, la reprise sera accompagnée de mesures de protection sanitaire. Les compagnons porteront tous des gants et des masques et seront très attentifs aux objets manipulés.
A Châtellerault, l'activité de ramassage reprendra dès le lundi 11 mais "de façon moins soutenue que d'habitude" précise Bruno Pajot.

Nous ferons des interventions dans des maisons qu'il faut vider avant une vente par exemple. Nous avons déjà une liste de maisons toute prête.

A Poitiers, la reprise sera plus progressive et la collecte chez les particuliers ne reprendra pas tout de suite d'autant que l'essentiel des dons, ici, se fait grâce aux dépôts effectués directement dans les locaux d'Emmaüs.
Pour ces dépôts, l'organisation est en train de se mettre en place. Les personnes venant déposer des objets, des meubles et des vêtements devront les décharger eux-mêmes dans la limite de leur possibilité. Le matériel sera ensuite stocké à l'écart avant que le personnel d'Emmaüs ne puisse le prendre en charge. 

On va restreindre les horaires. Nous ne serons ouverts que de 8 heures à 17 heures et on va demander aux gens de porter un masque qu'ils viennent pour déposer ou acheter.
- Laurent Guinebretière, le responsable Emmaüs de Poitiers.

Organiser différemment les espaces de vente

La vente dans les magasins et entrepôts se fera elle-aussi bien évidemment en respectant au maximum les consignes sanitaires et la distanciation.

On va essayer de limiter le nombre de personnes présentes en même temps. On va répartir les marchandises différemment en laissant plus d'espace et en organisant des sens de circulation.
- Bruno Pajot, responsable Emmaüs Châtellerault

Des précautions similaires seront de mise à Poitiers. Là aussi des circuits seront prédéfinis et fléchés dans les magasins.

On va demander aux gens de respecter les consignes à la fois pour les protéger eux et les gens de chez nous. L'objectif c'est que l'on soit encore tous là dans six mois tout en ayant recommencer l'activité. On va être exigeants sur le comportement de tous. La sécurité passe avant tout.
- Laurent Guinebretière, responsable Emmaüs Poitiers

L'appréhension est toujours présente malgré le soulagement de n'avoir compter aucun malade parmi les compagnons à Poitiers comme à Châtellerault. "Pourtant nous comptons beaucoup de personnes fragiles ou âgées, qui ont connu des accidents de vie importants. C'était notre défi, de protéger les gens de chez nous." explique Laurent Guinebretière.
A Poitiers, le confinement a été très strict. Pour se protéger, les 50 compagnons sont restés au maximum sur site et aujourd'hui, comme à Châtellerault ou ailleurs en France, ils préparent la reprise avec tous le même espoir, que les ventes permettent de renflouer au plus vite les caisses de l'association sans mettre personne en danger.
 Emmaüs à Poitiers :
  • La Matauderie, 86240 Ligugé - 05 49 53 04 40 (Récupération et Bric à Brac)
  • Le Petit Fouillis, 86000 Poitiers - 53 Rue de la Cathédrale - 05 49 50 90 17
  • La Friperie, 86000 Poitiers - 75 Rue des Rataudes - 05 49 57 25 87
Emmaüs à Châtellerault :
  • 42 Chemin du Chillou, 86100 Châtellerault - 05 49 90 27 30
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solidarité société coronavirus économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter