Avec ses nouvelles thermes, La Roche-Posay veut retrouver ses 7.000 curistes par an d'avant-Covid

Il a rouvert ses portes en janvier 2022. Le centre thermal de La Roche-Posay (Vienne) a été entièrement rénové et modernisé après deux ans et demi de travaux. Ce jeudi 28 avril marque son inauguration officielle.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

De nouvelles baignoires à bulles, un nouveau pavillon, une offre de soins renforcée. C’est une inauguration en grande pompe qui a eu lieu ce jeudi 28 avril. La station thermale de la Roche-Posay, dans la Vienne, a été entièrement rénovée. 

Renaître de ses cendres

Les travaux, qui ont coûté plusieurs dizaines de millions d’euros, ont duré deux ans et demi. Ils concernaient principalement l'un des bâtiments, fondé en 1932, le pavillon des Sources. “Il était temps de lui redonner un nouvel essor et lui permettre de renaître de ses cendres”, explique le directeur général du centre thermal, Julien Prince. 

Nous voulions créer ce lieu iconique pour la marque La Roche-Posay et pour la dermatologie en Europe.

Julien Prince, directeur général du centre thermal de La Roche-Posay

L'objectif : améliorer l’expérience des curistes et les conditions de travail des employés. Mais surtout retrouver l’activité d’avant-Covid, soit 7.000 curistes par an et 17 millions d’euros de recettes.

L’eau thermale du village de La Roche-Posay est reconnue mondialement pour les bienfaits qu’elle offre à la peau. Elle est reconnue dans le traitement de nombreuses pathologies cutanées, comme l’eczéma ou le psoriasis. Le centre thermal est l'un des seuls en France à proposer des cures post-cancer : 35 % des clients viennent pour soulager des lésions cutanées suite à un cancer.

"C’est très spacieux et moderne”

Pendant toute la durée des travaux, les clients ont pu continuer à profiter de certaines cures, hors périodes de confinement. Comme Alexandre et sa fille Lola, qui viennent au moins une fois par an.

“Dans l’ancien bâtiment, on était tous serrés, c’était assez vétuste”, se rappelle Alexandre. “Là, c’est très spacieux et moderne.” 

Anne, elle, est originaire de la région parisienne. Atteinte de dermatomyosite, une maladie rare provoquant une inflammation des muscles et de la peau, elle vient une fois par an depuis les années 1980. Elle est ravie de découvrir les nouveaux locaux. “Cela change, c’est très spatial”, lance-t-elle, captivée.

“On a l’impression d’être dans de la science-fiction, mais on ne croise pas Spoke, comme dans Star Trek, c’est dommage !”, s’amuse-t-elle. “C’est tout le corps qui va mieux en même temps que le psychisme !”

Un centre zéro carbone

C’est le groupe l’Oréal, propriétaire du site depuis 2018, qui a financé à hauteur de plusieurs dizaines de millions d’euros ce projet. Une subvention de 600.000 euros de la part de la région, votée pendant le précédent mandat, a aussi été accordée.

Cette enveloppe a notamment été utilisée pour réduire la consommation en eau et accompagner l’efficacité énergétique des bâtiments. Le site affiche désormais une neutralité carbone, grâce aux nouvelles installations en biogaz.