Élargissement de l'A10 entre Poitiers et Veigné : "l'étude d'impact a triché" selon Corinne Lepage

Corinne Lepage ancienne ministre de l'Environnement était l'invitée du 19/20 de France 3 Poitou-Charentes, jeudi. L'avocate de l'association Agir A10 a annoncé qu'elle allait déposer un référé-suspension des travaux, en plus du recours en annulation contre l'arrêté de déclaration d'utilité publique.

Corinne Lepage - avocate de l'Association Agir A10 - février 2019.
Corinne Lepage - avocate de l'Association Agir A10 - février 2019. © F3 PC

Corinne Lepage, avocate de l'association Agir A10 et ancienne ministre de l'Environnement, a déposé en janvier dernier, au nom de l'association Agir A10, un recours devant le tribunal administratif d'Orléans. Elle réclame l'annulation de l'arrêté de déclaration d'utilité publique de l'élargissement à 2X3 voies de l'A10.
 

"L'étude d'impact a triché"


Pour l'avocate, l'étude d'impact environnementale a minimisé les nuisances, notamment la pollution et le bruit. Et le projet retenu, dont les travaux commencent en mars en Indre-et-Loire, ne respecterait pas selon elle, les normes de l'Organisation Mondial de la Santé.


Nous avons 2 arguments majeurs sur ce dossier. La pollution, avec un dépassement attendu des normes de qualité et le bruit. L'autorité environnementale a fait beaucoup de remarques sur les insuffisances de l'étude d'impact... qui a triché, il faut dire les choses" affirme l'avocate.


Et d'ajouter : "Cette étude n'a pas pris en compte les normes à prendre en considération. Elle n'a pas pris en compte la réalité du bruit. Et elle a réduit considérablement le nombre de bâtiments auxquels elle s'est intéressée. (...) De plus, c'est un enrobé bon marché qui a été choisi, plutôt que celui qui permettait de réduire davantage le bruit".
   

Quid des normes ?


"Nous allons déposer, avec l'association Agir A10, un référé-suspension, même à un mois du début des travaux en Indre-et-Loire".


L'OMS, l'Organisation mondiale de la santé, a récemment réduit considérablement les normes admises et la France aujourd'hui est hors normes par rapport à la loi. Les seuils sont de 45 décibels la nuit et 53 le jour. L'étude parle de 55 db minimum le jour.


L'ancienne ministre conclut : "Le concessionnaire de l'autoroute doit répondre à la loi. Les riverains ne sont pas contre l'élargissement de l'A10, même si cela va obligatoirement augmenter les nuisances, ils demandent de pouvoir vivre normalement. C'est un droit constitutionnel".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
autoroute a10 économie transports autoroute travaux publics
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter