49.3 : contre la réforme des retraites, les actions et rassemblements se poursuivent en Poitou-Charentes

Manifestations à Saintes et La Rochelle ce samedi matin, barrages filtrants dans la Vienne, deux jours après l'utilisation de l'article 49.3 par le gouvernement, la contestation de la réforme des retraites se poursuit et prend différentes formes selon les territoires.

Automobilistes et chauffeurs routiers se montrent globalement patients et solidaires ce samedi matin, ralentis sur la nationale 149 à l'entrée de Vouillé par un barrage filtrant d'opposants à la réforme des retraites. Des militants des syndicats CGT et Solidaires distribuent des tracts et réalisent un sondage à la volée : "On leur pose deux questions : la pénibilité au travail a-t-elle un impact sur l'espérance de vie ? Pour l'immense majorité, c'est oui. Et les personnes ayant des métiers pénibles devraient-elles avoir les mêmes règles que tout le monde ? Majoritairement, c'est non" témoigne Sandrine, de la CGT 86.

La déchetterie, symbole de pénibilité

Une retraite à 64 ans, c'est pas entendable pour des métiers de ce type-là

Jean Chaigne, CGT 86

Ce samedi 18 mars, ce sont les employés des déchetteries de la Vienne qui ont été choisis comme symboles de la pénibilité du travail des agents de la fonction publique. À Cissé, un autre barrage filtrant était installé à l'entrée de la déchetterie par une vingtaine de militants CGT dont l'objectif était, là-aussi, de sensibiliser les habitants venus vider leurs remorques dans les bennes. "Une retraite à 64 ans, ce n'est pas entendable pour des métiers de ce type-là", explique Jean Chaigne, de la CGT 86.

Des rassemblements tous les jours

Après l'utilisation ce jeudi 16 mars de l'article 49.3 de la Constitution par le gouvernement pour adopter la réforme des retraites, les organisations de l'intersyndicale de la Vienne ont annoncé de nouvelles actions pour les prochains jours et prévoient le blocus de la Porte de Paris jeudi prochain 23 mars lors de la manifestation nationale.

Des rassemblements, organisés ou spontanés, sont envisagés tous les jours à 18 heures, devant les préfectures et sous-préfectures et devant les mairies.