• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

9 manifestants jugés pour avoir envahi les voies ferrées

Environ 150 personnes se sont installées au pied du palais de justice pour soutenir les 9 prévenus jugées ce vendredi pour avoir pénétré sur les emprises de la SNCF. / © François Bombard (FTV)
Environ 150 personnes se sont installées au pied du palais de justice pour soutenir les 9 prévenus jugées ce vendredi pour avoir pénétré sur les emprises de la SNCF. / © François Bombard (FTV)

Ce vendredi matin, comparaissent devant le tribunal correctionnel de Poitiers 9 militants soupçonnés d'avoir occupé les rails durant une heure environ, lors d'une manifestation contre la loi travail El Khomri, le 19 mai 2016. Ils étaient parmi un cortège de plusieurs centaines de personnes.

Par Marie-Ange Cristofari

Ces neuf manifestants sont poursuivis pour avoir pénétré, circulé ou stationné sans autorisation dans les parties de la gare non affectées à la circulation publique mais aussi pour avoir refusé de se soumettre aux prélèvements.
Il s'agit de deux syndicalistes : Pierre Lhomme, secrétaire de SUD Education et Recherche 86, et Benoit Sauvage, secrétaire de SUD PTT 86. Les sept autres prévenus sont connus pour leur militantisme politique ou syndical et leur engagement anticapitaliste et/ou libertaire. Une dixième personne était également citée à comparaître mais ne s'est pas présentée.
Le procureur de la République a requis de 1000 à 1500 € d'amende, assortie de sursis partiel. Les avocats de la défense ont plaidé la relaxe. Le jugement est mis en délibéré au 21 décembre prochain.

Un procès pour quelques uns

Pour mémoire, l'occupation des voies est survenue en marge de cette manifestation menée par l'intersyndicale. Le cortège passait devant la gare en soutien aux cheminots en grève, lorsqu'il s'est dérouté vers les voies, via des accès ouverts à ce moment-là, d'après certains témoignages. Environ 400 personnes ont occupé les rails, écoutant une prise de parole de la CGT, avant de quitter les lieux progressivement.

Les policiers présents ont filmé cet épisode. C'est notamment sur cette base qu'ils ont convoqué 11 personnes au commissariat. 9 d'entre elles sont donc jugées ce vendredi.

Activement soutenus

Un comité de soutien à ses militants s'est rapidement formé après leur garde à vue. Il est présent devant le palais de justice ce matin, avec environ 150 personnes, munies de banderolles et de drapeaux. Ses membres revendiquent le droit de manifester, dénoncent la criminalisation des mouvements sociaux et espèrent la relaxe. De très nombreux militants de Solidaires et de l'Organisation Communiste Libertaire y participent. Ils ont organisé différentes réunions et mobilisations au fil des mois passés. Une caisse de solidarité est également ouverte, pour financer ces opérations et le paiement des éventuelles amendes prononcées.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Grogne des avocats

Les + Lus