• ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • SOCIÉTÉ
  • FAITS DIVERS
  • SPORT
  • CULTURE

Elections européennes : Jean-Pierre Raffarin “Je ne vais pas à En Marche, je ne suis pas devenu socialiste”

Jean-Pierre Raffarin sur France 2 - 7 mars 2019. / © F2
Jean-Pierre Raffarin sur France 2 - 7 mars 2019. / © F2

L'ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, a justifié jeudi sur France 2, son ralliement à la liste LREM pour les élections européennes. L'ex-élu de la Vienne et natif de Poitiers a affirmé que "fragiliser le président, c'est fragiliser la France".

Par FD avec afp


L'ancien Premier ministre (2002-2005) de Jacques Chirac, a annoncé lundi son soutien à Emmanuel Macron pour les élections européennes, après la publication par le président d'une tribune fixant les grandes lignes de son projet pour les européennes.

C'est selon lui "le texte le plus ambitieux" pour l'Europe et ce "projet politique correspond à notre engagement".
 

"Je ne vais pas à En Marche, je ne suis pas devenu socialiste"


"J'ai quitté la vie partisane, ce n'est pas pour être polémiqueur" et "ce n'est pas moi qui disperse, ce sont les électeurs", a-t-il assuré, tout en déclarant qu'il travaillait pour "un prochain rassemblement": "je vois déjà après les européennes".

Je reste de centre droit.

 

 
"Fragiliser le président, c'est fragiliser la France"


"Ce n'est pas le moment de fragiliser la France en fragilisant le président" car "il y a une situation internationale extrêmement grave", a mis en garde Jean-Pierre Raffarin sur France 2.

"Ce qui est très clair aujourd'hui c'est que la gravité de l'Europe n'appelle pas un rôle majeur des partis mais un rôle des États", "ce n'est pas une affaire de partis, mettons les entre parenthèses pendant les élections", a-t-il insisté.
 

"Il faut défendre la France dans une Europe qui a de quoi s'inquiéter" car "c'est l'Europe ou le chaos", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, Jean-Pierre Raffarin a estimé qu'"aujourd'hui l'électorat de la droite et du centre est dispersé" et "je suis de ceux qui suivent Édouard Philippe qui est dans ma famille politique", a-t-il souligné. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

des rivières à sec dans la Vienne

Les + Lus