Fonderies du Poitou : les élus de la Vienne demandent au gouvernement de faire pression sur Renault

Quel avenir pour les Fonderies du Poitou ? La question était au centre d'une réunion à Bercy entre une délégation de quatre élus de la Vienne et le représentant du ministre de l'Economie, Bruno Le Maire. Tous sont sortis optimistes de cet entretien.





 
Les élus de la Vienne ont été reçus à Bercy pour évoquer l'avenir du site des Fonderies du Poitou à Ingrandes, près de Châtellerault.
Les élus de la Vienne ont été reçus à Bercy pour évoquer l'avenir du site des Fonderies du Poitou à Ingrandes, près de Châtellerault. © France 3
Cette réunion, qui avait été reportée, est intervenue au lendemain de l'annonce par la direction de Saint-Jean Industries ( Ex-Fonderie Alu) de la mise en cessation de paiement de l'entreprise. Elle doit être prononcée demain jeudi 29 novembre par le tribunal de commerce de Lyon. Le site d'Ingrandes fabrique des culasses pour les moteurs Diesel qu'elle vend à 90% au constructeur français Renault.
Les élus de la Vienne, Alain Fouché, Jean-Pierre Abelin, Nicolas Turquois et Yves Bouloux, avaient sollicité ce rendez-vous à Paris pour évoquer les conditions de reprise et de continuité pour les deux unités des Fonderies Fonte et Alu en grandes difficultés financières. La rencontre devait se dérouler avec le ministre. Mais en fait, les élus de la Vienne ont été reçus par son délégué en charge de la restructuration des entreprises. A la sortie, les élus ont dit être rassurés mais tous insistent sur le rôle essentiel de Renault dans ce dossier.


La visite de Bruno Le Maire à Ingrandes demandée

A la sortie de l'entrevue à Bercy, Nicolas Turquois, le député LREM du Nord-Vienne s'est montré positif en expliquant que "la cessation de paiement doit permettre de faciliter une reprise." "Nous soutiendrons les investisseurs et repreneurs intéressés "ajoute-t-il, faisant écho à une phrase du communiqué publié ce jour par la direction de Saint-Jean Industries affirmant que l'avenir du site s'écrirait "avec ou sans Saint Jean Industries".
Alain Fouché, sénateur LR de la Vienne, a réitéré sa demande de voir le ministre de l'Economie venir sur place comme cela s'était déroulé en 2012 avant le rachat de la Fonderie Alu par Saint-Jean Industries. Il incite également le gouvernement à continuer à faire pression sur Renault, le donneur d'ordre des Fonderies. 
Une position partagée par Jean-Pierre Abelin, le maire centriste de Châtellerault.

"On souhaite que Renault prenne toutes ses responsabilités dans ce dossier, il a une responsabilité dans la recherche d'une solution." a-t-il déclaré en sortant de Bercy.


Une journée de grève demain jeudi

Demain jeudi, alors que le tribunal de commerce de Lyon doit confirmer la cessation de paiement pour Saint-Jean Industries, les syndicats appellent les salariés à observer une journée de grève de 24 heures. Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT est attendu dans la journée sur le site d'Ingrandes, au nord de Châtellerault.

Le reportage de Clément Massé, Pierre Wilpart et Maud Coudrin :
 

Fonderies du Poitou : les élus de la Vienne reçus à Bercy

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique social économie