Grand Poitiers. Le casse-tête de la gestion des transports ne fait pas que des heureux

Les transports rentrent dans le domaine de compétences de Grand Poitiers. / © Antoine Morel - France Télévisions
Les transports rentrent dans le domaine de compétences de Grand Poitiers. / © Antoine Morel - France Télévisions

La communauté de commune de Grand Poitiers a été créée en 2017. Elle ressemble 40 communes pour une population globale de 196.844 habitants. L'un de ses domaines de compétence est celui des transports. Toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne.

Par LG avec D. Laveau

Parmi les compétences les plus importantes de Grand Poitiers se trouvent celle les transports. Et la gestion de ce domaine de compétence n'est pas si évidente, vu la diversité des communes, leur attrait et leur situation géographique.

De ce fait, tous les maires ne vivent pas les choix de la Communauté Urbaine de la même manière. C'est donc un défi pour cette communauté de près de 200.000 habitants, composée d'espaces urbains et ruraux.

En novembre 2019, une piste cyclable d'un kilomètre a été inaugurée entre Mignaloux-Beauvoir et Poitiers. Elle doit faciliter la vie des nombreux habitants qui travaillent au CHU de Poitiers tout proche. L'hôpital étant le premier employeur de Grand Poitiers, alors, la mobilité de ses 7.000 employés est alors scruté de près.

Le président du Grand Poitiers, Alain Claeys, indique que l'Etat a considéré que le projet de cette piste cyclable était une opération exemplaire (parmi 152 projets retenus en France) et a donc accompagné cette construction à hauteur de 41.620 euros.

Certains maires se sentent exclu de cette politique de transport

Nous avons rencontré Christophe Chappet, maire de Saint-Sauvant, une commune de 1.258 habitants (chiffres 2017), située à 40 kilomètres, à l'ouest de Poitiers et donc à environ 45 minutes de trajet en voiture.

Seule, une ligne de bus départementale passe dans la commune deux fois par jour. C'est aussi une ligne scolaire puisqu'elle dessert le Lycée du Bois d'Amour à Poitiers.

Alors, pour échapper au "tout voiture", la mairie doit trouver des alternatives par ses propres moyens. Avec l'aide de la CARSAT (Caisse d'Assurance Retraites de la Santé au Travail), et d'autres financeurs, la commune de Saint-Sauvant a acheté un minibus qui permet aux habitants de se rendre à des rendez-vous médicaux ou de confort (coiffeur, cinéma…).

En revanche, à Jaunay-Marigny, la Communauté Urbaine a réellement changé la donne

Jérôme Neveux, maire de Jaunay-Marigny (UDI), indique qu'il y avait une forte demande pour la création d'une ligne de bus qui relie sa commune à Poitiers, notamment de la part des plus jeunes pour se rendre dans les établissements scolaires ou se rendre au centre-ville de Poitiers en fin de semaine. Pour lui, c'est "une vraie avancée".

L'intégration de cette ville péri urbaine à Grand Poitiers a permis la création d'une nouvelle ligne de bus, d'un montant de 120.000 euros. Mais depuis l'intégration dans Grand Poitiers, toutes les entreprises de plus de 50 salariés paient la "taxe transports".

Pourtant certaines communes ne verront jamais la couleur des bus de l'agglomération. Le territoire est trop grand. Comment renforcer les liens entre urbains et ruraux. Le président de Grand Poitiers a des pistes. Il sait que les liaisons de transport public vers Chauvigny sont plus compliquées à mettre en place. Il y a donc une réflexion avec la Région Nouvelle-Aquitaine et la SNCF à une possibilité de (re)mettre en place une ligne ferroviaire s'arrêtant à Mignaloux-Beauvoir (ville de 4.577 habitants), à 10 kilomètres du centre de Poitiers.

D'autres pistes sont en cours de développement, le covoiturage. Grand Poitiers expérimente l'application Klaxit, en partenariat avec plusieurs gros employeurs du territoire, comme le Futuroscope ou le CHU.

Voir l'illustration de ces propos sur le terrain

Grand Poitiers. Le casse-tête de la gestion des transports ne fait pas que des heureux

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus