VIDEO. Sobriété énergétique. Pour les illuminations de Noël, les communes doivent faire des choix

durée de la vidéo : 00h01mn03s
Face à la crise énergétique et les difficultés annoncées pour l'hiver, les communes sont contraintes de faire des économies. Celles-ci passent également par les traditionnelles illuminations de Noël. Si certaines municipalités investissent dans un matériel basse consommation, d'autres préfèrent y renoncer totalement. ©France télévisions

Face à la crise énergétique et les difficultés annoncées pour l’hiver, les communes sont contraintes de faire des économies. Celles-ci passent également par les traditionnelles illuminations de Noël. Si certaines municipalités investissent dans du matériel basse consommation, d’autres préfèrent y renoncer totalement. Exemple dans la Vienne.

La période de Noël sera un petit moins féerique cette année à Tercé. Dans la petite commune d’un petit peu plus de 1 000 habitants, le maire a choisi de se passer des illuminations de Noël qui animent habituellement le bourg. Une décision s’inscrivant dans la tendance de sobriété énergétique actuelle face à la crise de l’énergie actuelle.  

Des économies non négligeables pour les petites communes

"La raison principale est de suivre ce mouvement national et puis surtout de faire des économies", déclare le maire, Christian Richard. Pour Tercé, le coût annuel est d’environ 1 500 euros. Dans un contexte actuel où toute économie est bonne à prendre, l’édile a saisi l’opportunité d’activer ce levier nécessaire au vu de l’état des caisses communales. "Pour nous, c’est beaucoup. Surtout aujourd’hui, où les finances sont loin d’être brillantes comme beaucoup de communes rurales", ne se cache pas Christian Richard.

Mais le maire préfère rassurer ses administrés : Tercé décorera bien son bourg à Noël tout en se passant d’électricité. Un geste plutôt bien compris dans la commune. "Ça ne me dérange pas du tout", réagit une habitante. "Ce n’est peut-être pas plus mal, juge un autre. Il faut faire des économies partout."

Dans un hangar municipal, le maire Christian Richard observe ses illuminations entassées. Il regrette un petit peu le vide que ces illuminations vont laisser en période de Noël. "Je sais qu’elles ne vont pas bouger cette année, de les voir ça me fait quelque chose. Si on les avait mis rien que quelques jours, ça aurait fait un peu de gaieté. Mais avec les coûts de l’installation, si c’est pour 2 semaines, il vaut mieux ne rien faire", considère-t-il.

À l’instar de Tercé, les communes de Valvidienne et de Saint-Savin, dans la Vienne, ont déjà annoncé qu’elles se passeraient également de décorations illuminées pour Noël. "C’est également pour l’écologie, bien sûr. Mais à notre petit niveau, je ne pense pas que nous soyons les plus gros consommateurs", avance Christian Richard.

Le choix de la basse consommation à Poitiers

À Poitiers, le choix a été tout autre. La municipalité écologiste considère que "la sobriété ne doit pas être punitive", surtout pour le moral des habitants. "C’est un moment de fête, il ne nous semblait pas pertinent d’éteindre les illuminations qui contribuent à la féerie de Noël. Notamment quand on voit la consommation de ces illuminations", déclare l’adjoint à la maire de Poitiers, Charles Reverchon-Billot.

Au lieu de s’en priver, les illuminations seront basse consommation avec des ampoules LED. "On a fait le choix d’un prestataire qui est exemplaire d’un point de vue écologique", continue l’élu à la mairie de Poitiers. En tout, 370 points lumineux seront allumés entre 18 h et minuit. Soit une consommation, selon la municipalité, d’environ 4 833 kilowattheures par mois, soit à peu près 800 euros par mois.

"C’est l’équivalent de la consommation annuelle d'un chauffe-eau d’une famille de 4 personnes", détaille l’élu. Des chiffres mensuels qui correspondent en effet à ce que consomme à l’année un chauffe-eau de 300 L, selon les estimations de Selectra, le comparateur d’offre d’électricité. De quoi conserver la magie de Noël sans surconsommer.