Véronique Massonneau quitte les rangs des Verts et rejoint les socialistes

Une partie des députés écologistes a décidé de rejoindre les socialistes, dénonçant la "dérive sectaire" d'EELV. Cette décision entérine de fait la disparition du groupe écologiste tel qu'il a été créé en 2012. Véronique Massonneau, la députée du Nord Vienne, fait partie des transfuges.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité
Véronique Massonneau quitte les verts le jour même où des manifestants contre la loi travail s'en prennent à sa permanence de Châtellerault. Les 500 manifestants ont fait une halte devant sa permanence et collé des affiches sur le trottoir. Ils lui reprochent de soutenir le projet de loi de Myriam El Khomry. 

Pendant ce temps, à Paris, la députée de la Vienne a rejoint avec d'autres écologistes le groupe "socialiste, écologiste et républicain", une composante "libre de ses positions" dont elle devient la vice-présidente.

Les députés écologistes qui rejoignent les rangs socialistes sont donc  François de Rugy, Eric Alauzet, Christophe Cavard, François-Michel Lambert, Véronique Massonneau, et Paul Molac. Et comme un groupe à l'Assemblée doit comporter 15 députés et que les écologistes ne comptent plus que 9 membres après ces départs, leur sensibilité politique ne peut plus être représentée.

Entretenir et cultiver les divisions de la gauche serait plus qu'une erreur : ce serait une faute, une impasse", ont plaidé les socialistes et les écologistes réformistes dans leur communication commune. A environ un an des élections présidentielle et législatives, ils affichent leur souci de "faire oeuvre de clarification et de rassemblement".