Le bijoutier a tiré deux fois sur le braqueur

La bijouterie en question est située au 33 avenue Motte-Piquet. / © Mathieu Dehlinger
La bijouterie en question est située au 33 avenue Motte-Piquet. / © Mathieu Dehlinger

Le braqueur a été tué,dans le 7ème arrondissement de Paris, à la suite de plusieurs coups de feu tirés par le bijoutier. Il aurait tiré deux fois sans que le malfaiteur ne tire à son tour.

Par Sarah Rebouh

Un a été abattu jeudi aux alentours de 15 heures 30 dans une bijouterie située avenue de la Motte-Picquet dans le 7ème arrondissement de . Le malfaiteur s'est présenté dans la bijouterie avec une arme à la main provoquant une vive réaction du bijoutier, seul au moment des faits, qui n'a pas hésité à lui tirer dessus à plusieurs reprises. L'homme est décédé. 

Jean-René Deleu, secrétaire du syndicat policier Alliance présent sur place répond à la presse. / © Mathieu Dehlinger
Jean-René Deleu, secrétaire du syndicat policier Alliance présent sur place répond à la presse. / © Mathieu Dehlinger
"Le braqueur est rentré avec une arme de poing dans la bijouterie, le bijoutier possédait une arme et s'en est servi. Il a tiré au niveau de l'épaule du braqueur qui est décédé", a indiqué une source policière. Le bijoutier a été placé en garde à vue.

Visionnez le reportage de notre rédaction.
DMCloud:1149
Un bijoutier tue un braqueur dans le 15ème arrondissement de Paris
Le bijoutier n'a pas hésité à tirer sur le malfaiteur qui possédait lui aussi une arme.
Le bijoutier, né en 1952, disposait d'un permis de détention d'arme. Il gardait
son arme dans son coffre-fort et l'a sortie très rapidement quand le braqueur est
entré, selon la même source.
Il a été placé en garde à vue, a-t-on indiqué de source judiciaire, soulignant
qu'il était trop tôt pour dire s'il y avait eu ou non échange de coups de feu.
"Sur ce que je sais, il n'y a pas eu d'échange de coups de feu", a pour sa part
indiqué sur place Jean-René Deleu, responsable du syndicat Alliance Police nationale.
"Le bijoutier a immédiatement appelé les policiers", a-t-il précisé.
Le bijoutier, né en 1952, disposait d'un permis de détention d'arme. Il gardait son arme dans son coffre-fort et l'a sortie très rapidement quand le braqueur est entré. Il a été placé en garde à vue. Le bijoutier a tiré "au moins deux fois" sur son agresseur. L'autopsie de la victime était "toujours en cours" vendredi, selon l'une des sources, assurant qu'une expertise balistique devait être réalisée.
 
Ce n'est pas la première fois que ce genre de drame se produit. En 2009, un buraliste de Flaviac (Ardèche) tuait par balle un jeune homme de 19 ans lors d'une tentative de braquage. La même année, un employé de restaurant japonais du Vème arrondissement de Paris tuait un braqueur de 22 ans qui s'enfuyait avec la caisse en lui infligeant un coup de couteau. En mars 2008, un boulanger d'Escalquens (Haute-Garonne), prenait en chasse en voiture un jeune malfaiteur de 19 ans qui venait de voler sa caisse à l'heure de la fermeture. Il le tuait en le percutant 300 mètres plus loin.  En 1998, un pharmacien de Rehon (Meurthe-et-Moselle), attaqué par trois braqueurs cagoulés sortait un 357 magnum et abattait l'un d'eux, âgé de 19 ans. Il a été condamné en mars 2007 à 4 ans d'emprisonnement dont 2 ans avec sursis.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus