Cet article date de plus de 8 ans

Mariage pour tous : les opposants dans la rue

Arborant T-shirts roses et ballons, des milliers de manifestants ont afflué ce samedi 17 novembre place Denfert-Rochereau à Paris, pour la "Manif pour tous", premier grand défilé contre le projet d'ouvrir mariage et adoption aux homosexuels.
Plusieurs milliers d'opposants au mariage pour tous ont défilé de Denfert-Rochereau aux Invalides.
Plusieurs milliers d'opposants au mariage pour tous ont défilé de Denfert-Rochereau aux Invalides. © PIERRE VERDY / AFP
Ils étaient 70.000,  selon la préfecture de police - 200.000 selon les organisateurs - tous venus dire "non" au mariage pour tous.

"Les slogans aujourd'hui seront pour le mariage civil HF - hommes femmes ou haute fidélité- ou encore la famille PME - père, mère, enfant", a expliqué à la presse l'humoriste catholique Frigide Barjot, elle-même vêtue de rose, arrivée sur une mobylette rose et coiffée d'un casque assorti.
Dans la foule compacte, de toutes générations et parsemée de poussettes, T-shirts et ballons bleus blancs ou roses arboraient le même dessin de deux personnes de sexes opposés tenant deux enfants par la main. Mais c'est un livre rouge que Frigide Barjot a brandi: le code civil. "Nous tenons à notre code civil (...), base même de notre société". "Il ne faut pas que disparaissent les mots père et mère pour laisser la place à des termes indifférenciés", a-t-elle prêché.

Outre Frigide Barjot, Xavier Bongibault, de "Plus gay sans mariage" (homosexuels opposés au projet de loi), ou Laurence Tcheng, de "La gauche pour le mariage républicain", font partie des organisateurs de la manifestation, soutenue par différents mouvementcomme les Fils de France, des musulmans "patriotes", ou l'association pro-vie Alliance Vita. "Nous sommes là pour faire échec à ce projet de loi qui dénature le mariage", a déclaré M. Bongibault, "La majorité des homosexuels se moquent éperdument de ce projet de loi. Nous pensons qu'un enfant a besoin d'un homme et d'une femme pour évoluer correctement".

Présents également, des élus et personnalités politiques comme le maire DVD du Chesnay (Yvelines) Philippe Brillault, qui a indiqué que l'ancien président du Sénat Gérard Larcher, président du comité de soutien de François Fillon, devait aussi se joindre à la manifestation.


Soutiens politiques

Jean-François Copé, candidat à la présidence de l'UMP, a adressé vendredi une lettre de soutien à "La Manif pour tous". Il a indiqué qu'il ne pouvait "malheureusement pas" y participer car "en campagne électorale" à la veille de l'élection du président de l'UMP. Mais plusieurs de ses "amis" devaient être présents, dont les maires UMP des VIe et XVIe arrondissements de Paris, Jean-Pierre Lecoq et Claude Goasguen. Des fillonistes avaient également prévu de défiler avec leur écharpe tricolore, comme les maires des Ier et XVe arrondissements, Jean-François Legaret et Philippe Goujon.


Dimanche 18 novembre, l'institut Civitas, proche des catholiques intégristes, appelle également à manifester à Paris



Les pro manifesteront le 16 décembre
L'association Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) a appelé à manifester les partisans du mariage gay et de l'adoption par les couples homosexuels, le 16 décembre à Paris.
"Cette journée marquera une nouvelle étape dans la visibilité des LGBT et de leurs alliés dans le débat public" sur ce sujet, souligne l'association dans un communiqué, alors que plusieurs manifestations des opposants sont organisées ce week-end dans toute la France.

Déplorant "les expressions homophobes qui fleurissent ces derniers jours", l'Inter-LGBT attend "la plus grande fermeté des pouvoirs publics et des responsables politiques en cas de dérapages" lors de ces manifestations, et rappelle que "les propos homophobes sont réprimés par la loi".
Elle regrette par ailleurs que la parole des responsables politiques qui se sont clairement prononcés en faveur de "l'égalité des droits entre tous les couples et toutes les familles" reste "extrêmement timorée". "On a le sentiment qu'on ne les entend pas assez en soutien", a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'association, Nicolas Gougain.

Une campagne d'interpellation des élus, sous forme notamment de courriers, sera donc engagée la semaine prochaine pour les inciter à "plus de courage politique".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société manifestation