• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Jouets pour geeks en culottes courtes

Une peluche intelligente qui parle, une boule téléguidée qui se transforme en personnage 3D... Les jouets deviennent des gadgets ultra-modernes.

Par Camila Campusano, avec OC

Le règne des poupées, chevaux en bois, petites voitures, est bientôt révolu. L’interaction avec les objets devient de plus en plus recherchée par les enfants. Les petits ont peut-être trouvé un nouvel ami tout doux et tout mignon avec Ubooly, la peluche intelligente. Discuter avec son doudou, un rêve d’enfant devenu réalité.

démo Ubooly
La peluche en elle-même n’a en réalité rien de particulier. Ce qui lui donne vie, c’est le smartphone inséré dans la petite boule orange.  Ubooly fonctionne grâce à une application gratuite au code fourni à l’achat. Un atout du jouet est qu’il se renouvelle en permanence. Ubooly a toujours de nouvelles choses à dire car l’application est mise à jour toutes les deux semaines. 

En France, il faudra être patient. Ubooly doit apprendre le français. La peluche sera bientôt disponible dans près de 15 langues.

«Une boule téléquidée plus compliquée à réaliser qu'un robot capable de marcher»


Sphero est par contre dans les magasins en France depuis une dizaine de jours. Avec, cette petite boule, on est dans un univers beaucoup plus élaboré. Sphéro, ce n’est pas un jeu mais plusieurs jeux.

 / © Adam Wilson, co-créateur de l’objet, insiste : « une boule téléguidée c’est beaucoup plus compliqué à réaliser qu’un robot qui marche. On voulait relever un vrai défi. » Sphéro peut donc bouger, changer de couleur mais surtout devenir le personnage principal d’un jeu.

Démo Sphero
Sphéro se transfome virtuellement, sur l’écran de la tablette, en Sharky. Le petit personnage est transporté dans la réalité. Il peut tout simplement marcher dans votre salon ou franchir un parcours d’obstacles. Sharky n’est pas le seul  personnage de Sphéro. La boule a plusieurs et peut facilement animer les soirées avec des jeux collectifs. 

L’univers du jouet se complexifie et pousse toujours plus loin ses limites. La grande perdante, c’est l’imagination des enfants. Puisque le rêve devient réel, finalement ils n’ont plus autant besoin de rêver.

A lire aussi

Sur le même sujet

La maison de Balzac

Les + Lus