Les fiches police "Stic" d'artistes rap révélées sur internet

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Des policiers ont été victimes de canulars téléphoniques, ils ont révélé des informations confidentielles concernant des rappeurs français contenues dans des fiches Stic, système de traitement des infractions constatées.

Ces dernières semaines de mauvais plaisantins se sont amusés à téléphoner à divers commissariats de Paris et son agglomération (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) afin de tenter de récupérer les fiches Stic de rappeurs tels que La Fouine, Morsay, Cortex, Booba et Rhoff. Se faisant passer pour des policiers, les farceurs réclamaient à leur interlocuteur de se connecter au Stic pour "sortir" le casier judiciaire de personnes qu'ils auraient interpellées. Des policiers parisiens sont tombés dans le piège.

Le Système de traitement des infractions constatées (Stic) regroupe les informations relatives aux personnes mises en cause et aux victimes.  Près de 36  millions de personnes sont concernées. Le Stic n'a rien à voir avec le casier judiciaire qui lui concerne les condamnations.
Un rapport de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) de 2009 soulignait les problèmes de rigueur du fichier informatique. Ces dernières années, plusieurs policiers ont été mis en cause pour avoir consulté illégalement ou détourné des données issues du Stic.

Les quatre parquets de l'agglomération parisienne ont ouvert des enquêtes, confiées à la Brigade d'enquête sur les fraudes aux technologies de l'information (Befti). L'IGS, la police des polices, a également été saisie.

Voir le reportage de William Van Qui