Arnaud Benedetti : les réseaux sociaux "sont à la fois des relais et des reflets"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Elie Saïkali
Une vidéo, filmée dans la nuit du 8 au 9 janvier, et diffusée sur les réseaux sociaux, a montré un automobiliste (à Noisy-le-Sec) s'amuser à traîner deux piétons jusqu'à ce qu'ils chutent.
Une vidéo, filmée dans la nuit du 8 au 9 janvier, et diffusée sur les réseaux sociaux, a montré un automobiliste (à Noisy-le-Sec) s'amuser à traîner deux piétons jusqu'à ce qu'ils chutent. © HELMUT FOHRINGER / APA-PICTUREDESK / AFP

Quel rôle ont joué les réseaux sociaux dans "l'affaire de Noisy-le-Sec" et plus largement, quel rôle ont-ils dans notre société ? Nous avons posé la question à Arnaud Benedetti, rédacteur en chef de la revue Politique et Parlementaire.

Dans la nuit du 8 au 9 janvier 2022, plusieurs jeunes hommes se sont filmés, hilares, à bord d’un véhicule en circulation tandis que le conducteur retenait la main d’un piéton, contraint de courir sur plusieurs dizaines de mètres avant de s’écrouler. La vidéo de la scène a été diffusée sur les réseaux sociaux.

La vidéo a été signalée à de multiples reprises sur la plateforme Pharos, dont le but est de traquer les contenus et comportements en ligne illicites. Des signalements qui ont participé à l’interpellation et le placement en garde à vue de deux hommes, dont le conducteur du véhicule.

Mais que cela révèle-t-il de notre utilisation des réseaux sociaux et de leur place dans la société ? Pour en savoir plus, nous avons interrogé Arnaud Benedetti, rédacteur en chef de la revue Politique et Parlementaire.

La plateforme Pharos a participé à l’interpellation des auteurs de la vidéo de Noisy-le-Sec. Mais est-elle un bon outil de régulation pour lutter contre les violences et comportements inappropriés sur les réseaux sociaux ? Assure-t-elle un juste milieu ? 

Je ne sais pas si c’est le dispositif qui permet d’articuler exactement ce qui se passe sur les réseaux sociaux. Le problème qui est posé, c’est qu’au-delà du fait que les réseaux sociaux élargissent l’espace public, ils peuvent rendre visible un certain nombre de pulsions qui sont parfois nocives.

Dans l’incident de Noisy-le-Sec, les réseaux sociaux ont joué un rôle clé.

Arnaud Benedetti

Les réseaux sociaux sont un espace d’expression et de liberté mais qui peut parfois donner lieu à des modérations qui relèvent purement et simplement de la censure. Il faut trouver aujourd’hui un moyen qui fasse en sorte que les réseaux sociaux constituent un espace public où il peut y avoir débat et une diversité de point de vue, avec des termes adéquats à l’expression de cet espace public…et qui évite les passions potentiellement incontrôlée.

Mais dans l’incident de Noisy-le-Sec, les réseaux sociaux ont joué un rôle clé. Ceux qui ont relayé cette vidéo en la dénonçant ont permis une sorte de médiatisation d’un acte insupportable qui doit être condamné et réprimé. Sans les réseaux sociaux, la visibilité et la condamnation de cet acte n’aurait peut-être pas existé.

Pourquoi les gens ont-ils systématiquement recours aux réseaux sociaux dès qu’ils ont une actualité — qu’elle soit bonne ou mauvaise ? 

La raison est simple. C’est un espace qui est "désintermédié". Vous avez un accès libre avec une fenêtre de visibilité immédiate. Vous êtes également maître de votre communication. Vous la produisez, la rendez accessible et la diffusez vous-même. Vous bénéficiez ensuite d’un potentiel de viralité extrêmement important. Les réseaux sociaux nourrissent enfin les modes de production et de relai de l’information, y compris pour les médias traditionnels. 

Il y a une forme de caractère presque universel de la présence sur les réseaux sociaux dans notre société.

Arnaud Benedetti

Il est très rare de trouver des individus qui ne soient sur aucun réseau social (quel que soit sa forme). Finalement, à notre époque, existe-t-on seulement par les réseaux sociaux ? Est-ce une caractéristique de notre société?

Tout dépend de votre activité. L’usage est également différent en fonction des générations, des catégories socio-professionnelles ou des motivations. Pour une femme ou un homme politique, impossible de ne pas être sur les réseaux sociaux. Ils sont des forums d’expression politiques parmi d’autres ; mais aussi des espaces de mobilisation. On l’a par exemple vu avec le mouvement des Gilets jaunes.

Il y a une forme de caractère presque universel de la présence sur les réseaux sociaux dans notre société. Cela n’englobe pas tous les réseaux sociaux. Vous avez des tranches d’âge qui sont plus présentes sur certains et ils n'ont pas la même utilisation. Les réseaux sociaux peuvent aussi donner l’impression d’exister. Je suis, non pas parce que je pense, mais parce que je suis sur les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux peuvent aussi donner l’impression d’exister. Je suis, non pas parce que je pense, mais parce que je suis sur les réseaux sociaux.

Arnaud Benedetti

Les réseaux sociaux sont également venus se sédimenter par rapport à d’autres supports médiatiques sans pour autant les remplacer. Ils sont également venus impacter les autres médias. Ils sont à la fois des relais et des reflets. Ils abondent les médias traditionnels en continu.

Les réseaux sociaux peuvent donner l’impression d’exister. Je suis, non pas parce que je pense, mais parce que je suis sur les réseaux sociaux. Ils développent également des tendances à l’agrégation communautaire. On existe parce qu’on va collectivement se sentir plus fort sur les réseaux sociaux, avec des algorithmes qui vont faire en sorte que des gens qui pensent la même chose ont l’impression d’être plus nombreux et de se sentir plus fort. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.