Deux hommes en garde à vue suite à la diffusion d'une video montrant deux piétons traînés par un automobiliste

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Taubert/ Elie Saïkali avec AFP
La vidéo a été signalée par de nombreux internautes sur la plateforme Pharos.
La vidéo a été signalée par de nombreux internautes sur la plateforme Pharos. © LIONEL VADAM / MAXPPP

La vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux, montre un automobiliste s'amuser à traîner deux piétons jusqu'à ce qu'ils chutent. Les faits se sont produits dimanche à Noisy-le-Sec, en Seine-Saint-Denis. Deux hommes ont été placés en garde à vue.

"Une enquête a immédiatement été initiée pour rechercher les auteurs de cette agression gratuite", a tweeté la préfecture de police de Paris, indiquant qu'elle découlait de multiples signalements d'internautes sur Pharos, plateforme créée en 2009 pour signaler les contenus et comportements en ligne illicites. La vidéo amateur, sous-titrée "fou rire de la soirée", accole deux extraits qui durent chacun quelques secondes. Elle a été diffusée dimanche et les faits se sont produits à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), rapporte ce lundi une source policière.

Plainte de deux victimes

Le passager filme le conducteur qui agrippe un homme tout en continuant à rouler, ce qui contraint la victime à courir, jusqu'à tomber au sol. Puis c'est au tour d'un autre homme de subir le même sort. "Wallah tu vas courir !", lui lance l'automobiliste. "Arrête tes conneries !", "arrête j'vais tomber !", le supplie le piéton, retenu par la main tandis que les occupants sont hilares.

Une des victimes, sexagénaire, a porté plainte pour ces faits qui se sont déroulés dimanche tôt le matin, a indiqué cette source policière. Une deuxième victime a déposé plainte ce mardi, a indiqué l'AFP. Selon un communiqué du parquet de Bobigny, il s'agirait d'une une femme, n'apparaissant pas sur la vidéo diffusée sur les réseaux sociaux mais qui dit avoir subi les mêmes faits le lendemain, dimanche soir. Le parquet indique également qu'une autre victime reste non-identifié.

J'ai eu peur. Ils méritent de payer, c'est un crime.

Ali, victime de l'incident

"J'ai eu peur. Ils méritent de payer, c'est un crime", témoigne Ali, ce mardi à franceinfo. C'est l'une des victimes qui a déposé plainte après avoir été traînée sur plusieurs mètres par des hommes dans une voiture samedi soir à Noisy-le-Sec. Il dit aussi avoir fait l'objet de pressions pour retirer sa plainte. Samedi soir, "il y a quatre hommes dans une voiture, il y en a un, le conducteur, qui m'a demandé une cigarette. J'ai voulu lui donner, il m'a saisi la main, il ne m'a pas lâché, je n'ai pas pu desserrer son étreinte et il m'a dit 'tu vas courir maintenant'. Il a accéléré sur 100 mètres, j'ai couru. Après il m'a lâché, je suis tombé la face contre terre", raconte l'homme de 67 ans.

Les faits correspondent à ce qu'une vidéo, largement diffusée sur les réseaux sociaux, montre. "J'ai eu deux fractures, le pied et l'épaule, et des ecchymoses un peu partout", continue-t-il, affirmant que le médecin légiste lui a donné 45 jours d'incapacité totale de travail ce mardi. Le parquet de Bobigny avait en effet indiqué dans un communiqué, plus tôt ce mardi, que la victime devait rencontrer un médecin. L'habitant de Noisy-le-Sec affirme par ailleurs avoir fait l'objet de pression pour retirer sa plainte, lundi : "Au marché, vers midi, il y a un jeune homme qui est venu, il m'a dit 'ça va?', il me connaissait. Il m'a dit 'si tu retires ta plainte, le gars il te donne 1 000 euros ce soir'. Je lui ai répondu que je ne retirerai pas ma plainte." Il dit aussi qu'il connaissait de vue le conducteur du véhicule, qu'il avait déjà croisé dans un bar où il se rend régulièrement.

Deux hommes, connus de la justice, en garde à vue

Cible de nombreuses menaces sur les réseaux sociaux, un homme s'est rendu de lui-même au commissariat de Noisy-le Sec vers 17 heures ce lundi. "C'était mieux pour lui", a estimé une source policière. Il a été placé en garde à vue.

Ce mardi, un second individu s'est rendu au commissariat de la ville. Il s'est présenté vers 5h15 selon l'AFP. Il déclare être l'auteur de la vidéo et de sa diffusion sur les réseaux sociaux. Il a, lui aussi, été placé en garde à vue.  Les deux suspects sont connus de la justice, selon une source proche de l'enquête de franceinfo. La justice recherche les autres passagers éventuels de la voiture.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.