• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Canicule : Les médecins urgentistes lancent une alerte “l'hôpital déjà à "saturation”

© France 3 Paris / C. Mirabaud
© France 3 Paris / C. Mirabaud

Les hôpitaux sont déjà en "état d'alerte" et de "saturation" face à la canicule, alors que 34 départements sont placés en vigilance orange, a prévenu jeudi Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf).

Par Isabelle Audin

 

    "On est déjà à flux tendu", a prévenu l'urgentiste. "Ce qui se passe là, avec les afflux supplémentaires dus à la canicule, ça aggrave une situation déjà compliquée de travail dans les hôpitaux", a développé M. Pelloux.

  
Interrogé pour savoir si les hôpitaux pourraient faire face si la canicule se prolongeait comme en 2003, M. Pelloux a répondu: "Non. Il y a déjà une saturation", notamment dans "des services d'urgence qui ne sont pas touchés par la canicule", comme Paris ou le Sud-Est de la France. 
  

 "Nous allons saturer très très vite la filière de l'aval, c'est-à-dire, de l'hospitalisation. Ca veut dire que les gens vont attendre aux urgences", a dit M. Pelloux.

    "Il y a un véritable état d'alerte parce que dans les hôpitaux, il y a une situation qui est chronique et permanente de difficultés de travail", a-t-il déclaré.

Il a dénoncé "une usure depuis quelques années" dans les hôpitaux" où "on demande trop d'économies". "On a fermé trop de lits, trop de structures hospitalières", a-t-il regretté.

    
Canicule : Patrick Pelloux alerte sur la saturation des urgences
Interview de l'urgentiste Patrick Pelloux

Interrogée sur ces propos, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a de son côté "tiré la sonnette d'alarme" sur la prévention. "D'abord, pour éviter cet afflux aux urgences, je le répète, c'est la prévention qui compte", a-t-elle précisé à l'antenne de RTL, rappelant que les mesures de prévention devaient être prises par "vraiment tous les publics".
  
 "Depuis que la canicule s'est installée la semaine dernière, on appelle les urgentistes y compris pour des jeunes, des adolescents qui vont faire du sport et ce n'est pas raisonnable", a-t-elle observé. "Nous devons éviter de faire du sport en période de grosse chaleur, aménager les horaires des travailleurs,
faire attention aux enfants, les laisser à l'ombre, les rafraîchir, les mouiller, les faire boire
", a-t-elle énuméré. 
    
Selon Météo-France, la France va connaître en cette fin de semaine la canicule la plus intense depuis 2006 à l'échelle du pays.  
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus