VIDEO. Ce que l'on sait du kamikaze Omar Ismaïl Mostefaï

La préfecture de police a confirmé qu'une prise d'otages état en cours au Bataclan, à Paris. / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
La préfecture de police a confirmé qu'une prise d'otages état en cours au Bataclan, à Paris. / © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Sur les sept assaillants qui ont perpétré les attaques à Paris et Saint-Denis, un seul pour l'instant a été formellement identifié. Originaire de Courcouronnes, dans l'Essonne, Ismaël Omar Mostefaï était l'un des kamikazes du Bataclan.

Par Emmanuèle Bailly

Natif de Courcouronnes et vivant à Chartres

Ismaël Omar Mostefaï est âgé de 29, natif de Courcouronnes, dans l’Essonne. Ce père de famille vivait ces dernières années dans le quartier de La Madeleine, à Chartres (Eure-et-Loir). Une information dévoilée par le député et maire (LR) de Chartres, Jean-Pierre Gorges. Il fréquentait assidûment la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir).
Le président de la mosquée, Abdallah Benali, a affirmé dimanche auprès de l'AFP ne pas connaître le kamikaze identifié du Bataclan : "On est là depuis 2013 (...), je ne le connais pas... Ce matin, c'est la surprise pour nous, c'est une catastrophe".

Omar Ismaïl Mostefaï




Connu des services de police et de renseignement
L'homme a été condamné à plusieurs reprises pour des délits de droit commun, il n'avait jamais fait de séjour en prison. Il était fiché pour sa radicalisation islamiste depuis 2010, mais n'avait "jamais été impliqué" dans un dossier terroriste, selon le procureur de Paris, François Molins. Il aurait également fréquenté Amedy Coulibaly.

Des proches en garde à vue

Sept membres de son entourage familial ont été placés en garde à vue, dont son père, un de ses frères et la femme de ce dernier. Leurs domiciles, situés respectivement à Romilly-sur-Seine (Aube) et Bondoufle (Essonne), ont été perquisitionnés samedi soir. Les gardes à vue des six proches de Mostefaï visent à procéder à des vérifications, un usage courant dans ce type d'enquête.
Le frère du kamikaze a affirmé tomber des nues en apprenant que son cadet était impliqué dans les attentats. Selon l'AFP, il avait raconté avoir coupé les ponts avec Omar Ismaïl Mostefaï depuis plusieurs années, à cause d'"histoires de famille", mais il ne l'imaginait pas s'être radicalisé.

A lire aussi

Sur le même sujet

Procès 23 octobre

Les + Lus