• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Départ en vacances : le trafic fortement perturbé ce week-end

Un week-end "rouge" est prévu sur les routes de France. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Un week-end "rouge" est prévu sur les routes de France. / © PHILIPPE DESMAZES / AFP

Le trafic devrait être fortement perturbé dès vendredi, classé orange dans le sens des départs et un samedi classé noir selon Bison Futé.

Par Isabelle Audin

Chassé-croisé

Les températures caniculaires s'ajoutent à des conditions de circulation routière "extrêmement difficiles" prévues pour le second week-end du traditionnel chassé-croisé entre les "juillettistes" et les "aoûtiens", avec un samedi classé noir dans le sens des départs, prévient Bison Futé

Le trafic devrait être fortement perturbé dès vendredi, classé orange dans le sens des départs, avec des secteurs classés rouge, notamment sur l'A6 indique l'organisme de prévision de la circulation.

Pollution    

Corollaire de la chaleur et du trafic routier, un épisode de pollution à l'ozone est prévu vendredi en Île-de-France. Les automobilistes franciliens devront réduire leur vitesse de 20 km/heure, tandis que les poids-lourds en transit devront contourner l'agglomération parisienne. 
 

Samedi classé noir

La journée de samedi est classée noire sur la route : il est notamment recommandé de quitter l'Île-de-France avant 05H00 du matin pour éviter les bouchons qui vont se concentrer dans la vallée du Rhône, à l'ouest entre Poitiers et Bordeaux, dans le Centre entre Clermont-Ferrand et Montpellier et autour de la Méditerranée de Narbonne à Marseille.

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a recommandé jeudi d'être particulièrement vigilants pendant le chassé-croisé, recommandant de "rouler plus tôt le matin ou tard le soir, éviter les périodes de grande chaleur, protéger les enfants et prendre suffisamment d'eau dans les voitures".
    
Très présente sur le terrain médiatique, la ministre veut montrer la mobilisation de l'État pour conjurer le spectre des catastrophes de 2003 et 2006, où les canicules avaient causé la mort de plusieurs milliers de personnes.
    
Patrick Pelloux, président de l'association des urgentistes de France, a toutefois tiré jeudi la sonnette d'alarme.  
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bande-annonce Police, illégitime violence

Les + Lus