Episol, l’épicerie solidaire à destination des étudiants

L'établissement, géré par une trentaine de bénévoles, a pris place dans les locaux de la mairie du Ve arrondissement. 

Le quartier latin de Paris, dans le Ve arrondissement, est le plus ancien de la capitale. Il est historiquement connu pour être celui des étudiants. Près d’une vingtaine d’établissements scolaires, universitaires ou et de grandes écoles y sont installés. Habituellement, c’est l’un des secteurs les plus dynamiques et animés de Paris.

Mais en temps de Covid-19, c’est l’âme même de ce quartier est affectée. Ses bars, cafés et restaurants, d’ordinaire remplis, sont fermés. Les étudiants poursuivent, dans leur très grande majorité, leurs cours à distance.

Ces derniers sont victimes des conséquences de la crise sanitaire. Beaucoup ont perdu leur emploi, ou le job étudiant qui leur servait à payer des études. Beaucoup vivent seul et/ou dans la précarité et, parfois, y ont basculé. A force d'être à distance, ils ont également perdu le contact social, la vie d’étudiant.  Certains développent des dépressions ou d'autres troubles psychologiques. Selon l’Observatoire national de la vie étudiante, 20% des étudiants rencontrent des difficultés importantes ou très importantes.

En Île-de-France, les associations d’aide alimentaire et/ou psychologique se mobilisent pour tenter de leur venir en aide depuis plusieurs mois. L’une d’elle, Episol, a ouvert mardi une épicerie solidaire dans les locaux de la mairie du Ve arrondissement, rue Soufflot (à droite de l'entrée principale du bâtiment). Elle porte (aussi) le nom d'Episol.

 

Un projet de longue date

Installée au rez-de-chaussée de la mairie, cette épicerie de 150 mètres carrés est gérée par une trentaine de bénévoles. Elle est exclusivement destinée aux étudiants qui veulent se procurer des produits de première nécessité (tant alimentaires qu’hygiéniques) en bénéficiant chaque mois d’un panier d’achats d’une valeur de 150€ qui leur sera facturé entre 20% et 30% de sa valeur réelle. L’épicerie est ouverte le mardi et le jeudi de 16h à 19h et le samedi de 10h à 13h. Quelque 200 étudiants devraient pouvoir bénéficier de cette épicerie sociale.

C'est un projet de longue date. "Je voulais déjà faire une épicerie solidaire sous mon premier mandat (…) je n’ai pas pu le faire car nous n'avions pas de lieu à notre disposition où la bâtir (…) mais nous avons pu libérer un espace de 150 mètres carrés à la suite de travaux de restructuration de la mairie", nous confie Florence Berthout, maire (DVD) du Ve arrondissement, expliquant qu’en "six mois, le projet s’est concrétisé".

 

Une diversité de produits

Parmi la panoplie de produits d’hygiène qu'on peut trouver dans cette épicerie : gels douche, shampoings, brosses à dents, mousse à raser… mais également les protections périodiques qui seront mises en vente gratuitement "à terme". Côté alimentaire, on retrouve des conserves de légumes, des pâtes, du riz, des céréales, des gâteaux, du café... et bientôt des produits frais et des légumes.

Tous ces produits ont été "récupérés auprès de la collecte nationale des banques alimentaires – qui se produit lors du dernier week-end de novembre de chaque année", explique Gabriele, bénévole pour l’association Episol, ajoutant qu’il y a, en plus des collectes auprès des banques alimentaires, des "réceptions d’invendus des supérettes de l’arrondissement".

Par ailleurs, avec l'aide d'ANDES, un des principaux acteurs de l'aide alimentaire en France et la BAPIF (Banque alimentaire de Paris Ile-de-France), Episol a pu collecter 6 tonnes de produits alimentaires. 

 

Pas seulement une aide alimentaire

Il y a un suivi social de ces étudiants. "On donne un coup de pouce aux étudiants au niveau des courses, mais aussi une mise en lien avec les services sociaux du Crous et de la ville et fournir, si nécessaire une aide psychologique ou de prévention santé", poursuit Gabriele. En effet, attenant à l’épicerie, un espace Cause Cafet’ a également été créé pour que les étudiants y trouvent un lieu de rencontre où discuter autour d'une boisson chaude, mais aussi pour trouver des conseils sur des problématiques qu'ils rencontrent (santé, aide psychologique, contraception...). Ce lieu "sera dédié à l’échange, à l’information et à l’accompagnement des étudiants dans leurs différentes démarches" avec des professionnels, note-t-on du côté de la mairie d'arrondissement.

"Devant l’augmentation de la précarité économique et de la fragilité psychique des étudiants en temps de Covid, il fallait avoir une ouverture et apporter des solutions aux étudiants", explique Florence Berthout.

 

Accès sous conditions

Attention néanmoins. Certaines conditions sont nécessaires afin de pouvoir prétendre à acheter des produits dans cette épicerie. Il faut être étudiant (boursier ou non), vivre et/ou étudier dans un établissement du Ve arrondissement de Paris, et enfin avoir un "reste à vivre" très faible – de l’ordre de 6€ par jour – prouvant qu’on est dans une situation nécessitant une aide.

Chaque demandeur doit remplir un dossier et l’envoyer – ou directement l’apporter – à la mairie. Et en cas de validation du profil, l’étudiant(e) bénéficie d’un accès à l’épicerie pour une durée de 4 mois, reconductible une fois.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité