La chambre de Commerce de l'Essonne sur le Bon Coin, pour dénoncer la baisse de ses ressources

© BeneluxPix/MaxPPP
© BeneluxPix/MaxPPP

La chambre de commerce et d'industrie (CCI) de l'Essonne a symboliquement mis en vente, ce mardi 3 octobre, sur Le Bon Coin, son siège d'Evry. La CCI, dans un geste de provocation, veut attirer l'attention et dénoncer la baisse de ses ressources, prévue par le projet de budget 2018.

Par Christian Meyze/AFP

"Immeuble de standing, proche de toutes commodités (...) A deux minutes du RER, gare et bus..." L'annonce, publiée ce mardi 3 octobre sur le site "Le Bon Coin", précise encore que l'ensemble du bâtiment compte 13.000 mètres-carré, situés au coeur du centre-ville d'Evry et que la proposition s'adresse à un investisseur car l'immeuble est en partie occupé.
Une annonce déposée par la CCI de l'Essonne sur Le Bon Coin. / © capture d'écran Le Bon coin
Une annonce déposée par la CCI de l'Essonne sur Le Bon Coin. / © capture d'écran Le Bon coin
L'annonce, volontairement provocatrice car les chambres de commerce et d'industrie (CCI) sont des établissements publics ayant pour mission de soutenir le développement des entreprises et de favoriser l'insertion des jeunes dans l'emploi par l'apprentissage, est destinée à souligner le message que la CCI de l'Essonne veut envoyer au gouvernement.

Suppressions de postes

Dans un communiqué également publié ce mardi, la CCI dénonce "la baisse brutale de 150 millions d'euros de la taxe qui finance les chambres de commerce, décidée mercredi dernier par le gouvernement, provoquerait des dégâts économiques et humains considérables". Et le communiqué explique qu'en conséquence, l'établissement public a décidé de mettre en vente ses locaux historiques.

Une alerte pour les pouvoirs publics

Le président de la CCI de l'Essonne, Emmanuel Miller, s'est ensuite expliqué : "Il s'agit d'une alerte vis-à-vis des pouvoirs publics. On ne compte pas réellement quitter Évry mais on sera peut-être obligé de faire un plan de restructuration avec la suppression de 25 postes sur 130."

Les chambres de commerce sont financées par la taxe additionnelle à la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises, dont le montant a été régulièrement diminué depuis 2012, ce qui a déja provoqué, partout, des suppressions de postes.

Le président de la CCI de l'Essonne réclame au gouvernement "une vraie réforme, à long terme, de l'action publique pour le développement économique". Il soupire : "On se demande ce que l'État veut faire de nous."

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Journée de chasse en Seine-et-Marne

Près de chez vous

Les + Lus