Essonne : la taverne Gambrinus compte sur les dons des internautes pour survivre

15 ans de concerts, de bières et de bonne humeur... qui pourraient ne pas survivre à la crise engendrée par l'épidémie de Covid-19. Le gérant de la taverne Gambrinus à Saint-Michel-sur-Orge fait appel à la générosité de ses clients et des internautes pour tenter de sauver son établissement.

Laurent Besson, gérant de la taverne Gambrinus, a lancé une cagnotte en ligne dans l'espoir de sauver son établissement.
Laurent Besson, gérant de la taverne Gambrinus, a lancé une cagnotte en ligne dans l'espoir de sauver son établissement. © France 3 PIDF

"Sauvez le Gambrinus ! Tant qu'on est pas mort on est encore en vie!", indique le sous-titre de la cagnotte. Bar à bière, mais aussi café-concert, la taverne Gambrinus, dans la ville de Saint-Michel-sur-Orge, dans l’Essonne (91) est dans une situation (plus que) délicate. Il est l’un des milliers d’établissements à avoir souffert de la crise sanitaire (et par conséquent économique) liée à l’épidémie de Covid-19. Ouvert en 1984, ce lieu d'effervescence musicale est très prisé par les noctambules de la commune. Il est aujourd’hui menacé de fermeture.

Ce bar a ouvert il y a 15 ans. Il est l'un des plus anciens pubs de la banlieue sud. Collègues, amis, artistes, pouvaient se retrouver jusque tard dans la nuit autour d'un verre ou d'un repas. "On peut venir tout seul, s'y faire des amis, discuter, rencontrer du monde d'horizons différents", raconte Laurent Besson, gérant de l'établissement, à France 3 Paris Île-de-France

Une cagnotte pour sauver la taverne

Laurent Besson (alias Laurent del Gambrinus), ne baisse pas les bras pour autant. Il se retrousse les manches et appelle à la générosité de ses clients en décidant d’organiser une cagnotte sur la plateforme Kiss Kiss Bank Bank  afin de sauver son établissement. L’initiative fonctionne. Les dons ont été nombreux. A ce jour, plus de 27 000 euros ont été récoltés. 

Mais ce n’est pas encore suffisant. "50 000 € sera un minimum à atteindre pour tenter une réouverture qui ne serait pas qu'une réanimation avant une nouvelle rechute ", peut-on lire dans le descriptif de la cagnotte. En effet, après deux emprunts, les banques deviennent réticentes à aider la taverne.

"Notre banquier nous a clairement lâché, explique Laurent Besson. Si on n'est pas à jour de la TVA et des cotisations qu'on doit aux impôts, on n'a le droit à aucune aide. On n'a pas reconstitué suffisamment de trésorerie pour payer notre TVA sur le dernier mois."

Dans un post publié sur les réseaux sociaux, le musicien Harold a composé un morceau à la guitare en hommage à la taverne. Celui qui est venu y donner plusieurs concerts chante face caméra : « C’est pas une fois qu’il sera plus là qu’il faudra dire ‘qu’est-ce que c’était bien’ ». Il appelle également à la mobilisation pour sauver l’établissement. « Je ne veux pas en parler au passé, alors les amis il va falloir se bouger, le Gambrinus ne peut pas fermer », dit-il.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
concerts culture musique sorties et loisirs covid-19 santé société